Budo no Nayami

Interview Sasaki Masando, dans les pas d'Osenseï… (partie 2)

15 Avril 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Interviews

Que symbolise le sabre?
La plus haute réalisation matérielle du Japon est le nihon-to. C'est l'idéal de l'homme. Son tranchant symbolise la vigueur de l'esprit. Sa beauté est le résultat de la perfection de sa forme. Sa simplicité manifeste la modestie. Il ne se brise pas, ne se tord pas et symbolise la volonté inébranlable.
Le sabre tue. Le sabre tue mais il fait vivre. Koroshiaï. Ikashiaï. Musubi.
Le nihon-to est la plus haute réalisation matérielle du peuple japonais. Le bushido est son plus grand accomplissement spirituel. Ils ne sont qu'un.

(N.d.a.: -Nihon-to: sabre japonais.)



Sasaki Masando 10



Le cœur, le centre, sont des mots que l'on retrouve souvent dans votre enseignement.
En effet. Le sceau de l'empereur, Kiku no gomon, représente le chrysanthème, la plus noble des fleurs. Il représente l'union de groupes autour d'un centre. Kiku no gomon est la structure de l'univers. L'infiniment petit est l'atome, l'infiniment grand est l'univers. Leur structure et leur essence sont similaires.
Le soleil est une étoile. Dans notre galaxie c'est autour de ce centre immobile que bougent les astres. Bien qu'il n'y ait pas de lien "matériel" entre eux, tous évoluent dans un ordre parfait.
De la même façon le Japon n'est pas un pays (kuni), c'est une nation (kokka). Une nation de familles unies autour de la lignée impériale ininterrompue.

(N.d.a.: -Kiku no gomon: le "noble insigne du chrysanthème" est le sceau impérial japonais. Emblème national non officiel, des variations figurent sur les passeports et de nombreux documents administratifs. Il est aussi présent dans de nombreux sanctuaires liés à la famille impériale tels que le sanctuaire de Yasukuni.)



Sasaki Masando 08



Le Bushido est-il toujours vivant aujourd'hui?
Lorsque les étrangers pensent au Japon ils imaginent immédiatement les samouraïs. Et les samouraïs sont l'incarnation du Bushido. Mais depuis dix ans, vingt ans, cet esprit disparaît peu à peu. Le Japon ne va plus. Je voudrais que grâce à une œuvre comme celle que tu entreprends tu fasses connaître à nouveau au monde le cœur du Japon, l'âme du samouraï. Je voudrais que cet esprit se répande pour tous les hommes.
J'ai le sentiment que l'époque qui arrive va voir la culture japonaise s'affranchir de ses frontières et c'est ton cœur qui t'a guidé vers moi. C'est grâce à des personnes comme toi que l'esprit japonais sera connu. Je voudrais que tu répandes cette magnifique culture, l'esprit du bushido.



Sasaki Masando 09



Comment avez-vous vécu la guerre?
J'ai voulu devenir tokko-taï. Je voulais mourir pour le pays. Maintenant j'aimerai mourir pour une femme! (rires)

(N.d.a.: -Tokko taï: unités d'attaques spéciales, plus connues sous le nom de Kamikaze…)

Pourquoi quelque chose d'aussi ancien que le Budo a-t-il perduré et se développe-t-il à notre époque?
Parce que le Budo a trait à l'essence de la vie. Pourquoi vivons-nous? C'est le cœur de notre recherche. Quel voyage faisons-nous? Pourquoi suis-je comme je suis? Pourquoi suis-je né? Toutes ces questions sans réponses… Il faut trouver sa voie dans l'obscurité.

Qu'est-ce que le Ki?
Je m'appelle Sasaki Masando et je suis immortel.
Le corps est un instrument. Sa durée de vie est limitée. Mais il y a quelque chose d'éternel en nous. Certains l'appelle âme. En Aïkido on parle de Ki. Cette part de l'homme est, tel le mont Fuji, immuable.

Un poème de Yamaoka Tesshu dit:
"Harete yoshi
Kumorite mo yoshi
Fuji no yama
Moto no sugata wa
Kawazari ni keri"

(N.d.a.: Traduction très approximative "Par temps clair, par temps nuageux, le mont Fuji, forme des origines, est inchangé".)

Quoi qu'il arrive notre essence immortelle est immuable.



Sasaki Masando 11



Quelle est la différence entre le Budo et le sport?
Le sport est un jeu. Il consiste à donner le meilleur de soi-même dans les meilleures conditions. Le Budo est une lutte pour la vie. Il consiste à donner le meilleur dans les pires conditions. C'est là que réside sa profondeur.

Vous êtes venus en France, notamment pour inaugurer le dojo de Tamura senseï. Qu'avez-vous pensé de ce pays?
J'ai une affinité avec les français. Les japonais désignent les français par le caractère qui signifie Bouddha. Le Japon est la terre des kamis. Il y a un lien particulier qui uni ces deux nations. Aussi loin que l'on revienne en arrière, depuis l'époque Meïji, nous nous sommes entendus avec les français. La France et le Japon, c'est le cœur!
La France est un pays d'artiste et le français est une langue faite pour l'art. L'Allemagne est un pays d'industrie et leur langue est lourde. Les anglais, les américains sont des marchands, leur langue est faite pour le commerce. Les langues sont, comme les civilisations qui leur ont donné naissance, très intéressantes et révélatrices.

Vous avez enseigné la nature du Shinto en France. Comment vous y êtes vous pris?
Ce que j'ai enseigné en France c'est le chemin qui mène de la personne à l'humain. Car il y a sur Terre beaucoup de monde mais peu d'humains.
Il y a des français, des japonais, des américains et le monde s'affronte. Pourtant la gravité nous lie tous et nous ne sommes qu'un en réalité. Lorsqu'on regarde avec les yeux il y a des blancs, des noirs, des jaunes. Mais une fois les yeux fermés il n'y a plus que des hommes. Nous ne sommes qu'un, notre essence est la même.



Sasaki Masando 03



Une chose qui m'est arrivée en France me revient à l'esprit, le Japon de l'angle mort.
Lorsque je suis venu en France j'ai eu la chance de rencontrer de nombreuses familles. Chez l'une d'entre elles j'ai vu une carte du monde. La France était au centre mais il n'y avait pas trace du Japon. En regardant de plus près j'ai observé que la carte avait été énormément utilisée et qu'un bord en avait été déchiré. Celui où se trouvait le Japon. J'ai alors eu le sentiment que le Japon était une contrée bien lointaine de l'Extrême-Orient…
Jusqu'au 19ème siècle le monde n'avait pas besoin du Japon et l'archipel vivait à l'écart du monde. Mais au tournant du 20ème siècle cette nation que l'on imaginait battue a stupéfait le monde en vainquant la Russie grâce au Bushido. Les conflits se sont ensuite enchaînés jusqu'à la seconde guerre mondiale et le Japon fut finalement vaincu. Mais son exemple donna la force aux peuples de se libérer. Depuis la fin de la guerre, enfin, c'est grâce à son économie que le Japon a porté son aide au monde.
Tout cela m'est revenu en mémoire lorsque j'ai vu cette carte déchirée d'où le Japon avait disparu. Mais c'est grâce à cet éloignement que le Japon a pu se préserver et qu'au 21ème siècle subsiste encore le merveilleux art de l'Aïkido, l'art de préserver le faible qui porte en lui l'esprit japonais. Il n'y a pas d'autre pays tel que celui-ci.

Quelles sont les techniques fondamentales de l'Aïkido?
Elles sont au nombre de trois et se classent par la forme de la main prise pendant l'ukemi. Il s'agit de shiho nage, irimi nage et ikkyo. Il n'y a que ça. C'est la combinaison de ces trois formes et des principes qui les sous-tendent qui donne naissance à une infinité de techniques.



Sasaki Masando 13



Il semble que vous avez eu à plusieurs reprises l'occasion d'appliquer les techniques de l'Aïkido?
(Rires) Oui c'est vrai. A l'époque les Yakuza du clan Yamaguchi du Kansaï fuyaient en entendant mon nom. C'est le passé, l'Aïkido va bien au-delà de ça.

Quel est le secret du Budo?
"Sumie ni kakishi
Matsukaze no oto"

(N.d.a.: -Traduction très approximative, "Peint dans le sumie (peinture à l'encre), le son du vent dans les pins". Ces vers sont issus d'un poème de Ikkyu, célèbre moine et poète zen.)

Quel est le son qui est peint? Le zen est une voie directe vers l'essentiel. Elle nécessite de court-circuiter l'esprit. Les enseignements les plus profonds et secrets du budo sont contenus dans ces vers…



Sasaki Masando 12



Un mot pour terminer?
"Furu-ike ya
kawazu tobikomu
mizu no oto"

Matsuo Basho

(N.d.t.: -Un vieil étang, une grenouille saute, le bruit de l'eau".)

Merci senseï.


 

Sasaki Masando 15

 

Partager cet article

Commenter cet article

Marc Raeymaekers 18/04/2010 13:09



Après la lecture de ces deux articles, je me suis adossé à ma chaise de bureau et là, dans un soupir, j'ai fais "Waouw!" . Comme il peut arriver dans certaines conditions de voir défiler sa vie
en quelques secondes, ici , c'est l'ensemble des années de pratique, de lecture, de réflexions, de méditations, qui m'est revenu comme une bouffée d'air frais, un sentiment de bien-être.


Et encore, ce ne sont que des traductions d'interviews. Leo, toi, tu as eu la chance de le côtoyer.



Léo Tamaki 21/04/2010 18:50



Je crois que les paroles fortes arrivent à survivre aux traductions ;-) Et j'en prends pour preuve ton sentiment.


 


Merci pour la lecture,


 


Léo


 



SeB 16/04/2010 23:04



Bonjour Leo,


j'ai beaucoup aime cette interview, merci beauoup. Ce maitre est un homme entier, un de ceux qui ont les idees bien arretees sur les choses et les gens mais il faut le lui rendre, il doit etre un
aikidoka d'exception. Son interview me rapelle un peu celle maitre Vignau par ce cote "vecu", cette vision pragmatique de l'art martial. Je dis ca, c'est juste une impression et puis ca
peut etre completement errone :). Merci encore.


Amicalement


SeB



Léo Tamaki 16/04/2010 23:59



Bonjour SeB,


 


Oui Sasaki senseï est un homme entier. Qu'on l'apprécie ou pas c'est une chose qu'on ne peut lui enlever :D


 


Et effectivement son franc-parler n'est pas sans rappeler maître Vignau ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



Montaine 16/04/2010 19:34



Je suis persuadée de la courtoisie de Sasaki senseï et sa joie (avec ou sans bouteille de saké hors champs)


 


je suis aussi persuadée que l'esprit du Bushido nous parvient grâce à toi, grâce à tes interviews et à tes articles, grâce à ta pratique... au travers de tous ces maîtres que nous pouvons
rencontrer ou découvrir, grâce à toi.


Merci Léo :)


 



Léo Tamaki 16/04/2010 23:57



Si j'en transmets un peu tant mieux ;-)


 


Merci pour la lecture,


 


Léo


 



Laurent 16/04/2010 14:45



Bonjour,


Un homme très intéressant. Plein d'amour et de compassion. Rien qu'à lire ses propos, on se détend. Incroyable, non ;-)


En tout cas, il semble avoir une grand estime pour toi car ses propos ne laissent aucun doute sur la mission qu'il te confie. C'est comme un adoubement ;-) : "Je voudrais que grâce à une œuvre comme celle que tu entreprends tu fasses connaître à nouveau au monde le cœur du Japon, l'âme du samouraï. Je voudrais que
cet esprit se répande pour tous les hommes. (...) C'est grâce à des personnes comme toi que l'esprit japonais sera connu. Je voudrais que tu répandes cette magnifique culture, l'esprit du
bushido."


A bientôt,


Laurent



Léo Tamaki 16/04/2010 16:42



Bonjour Laurent,


 


Un homme très intéressant en effet.


 


Concernant ses propos n'y porte pas trop d'importance, il était simplement poli et de bonne humeur ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



Laurylyan 16/04/2010 13:47



OOOUUUUUPPPPPPSSSSS !!!! Mea Culpa !!!


Ce n'est pas A.E Van vogt, mais Jack Vance !!! Même période, mêmes premières lettres, mais pas le même auteur ! ^o^


Donc je récapépète : "Les Langages de Pao" de Jack Vance



Léo Tamaki 16/04/2010 13:52



Pareil :D


 


Lu un ou deux livres mais n'arrive plus à me souvenir de qui a écrit quoi :-(


 


Enfin l'essentiel est que j'avais passé de bons moments je suppose :D


 


Léo


 



Laurylyan 16/04/2010 13:25



Merci Léo !


Grâce à toi j'ai découvert cet être d'exception. Un Sage.


 


sa réflexion sur la langues et l'esprit/lâme/l'identité d'un pays n'est pas unique :-) il y a bien des années de cela un auteur de science fiction, A.E. Van Voggt, pour ne pas le nommer a écrit
un livre, "Les langages de Pao", qui reprenait cette même théorie. Et il s'agissait d'une théorie qui était très en cours dans les années 60-70 dans les milieux de la sémiologe et de la
linguistique.


En tous les cas je suis totalement sa pensée lorsqu'il dit que l'histoire humaine ce n'est pas sur 10 ans ou sur 20 ans qu'il faut la regarder, mais sur 300 ans ou sur 500 ans pour en discerner
le fil évolutif...


Merci encore Léo.


Et bon Stage à Bras .-D


 



Léo Tamaki 16/04/2010 13:41



Bonjour Laurylyan,


 


Oh j'avais lu à l'adolescence un ou deux livres de Van Voggt bien que je n'en ai plus de souvenirs précis.


 


Je crois aussi que l'histoire ne peut se concevoir qu'avec un grand recul. Là où la difficulté naît c'est que les périodes passées sont parfois pauvrement documentées. Problème qui ne sera sans
doute pas aussi flagrant nous concernant lorsque les générations futures se retourneront sur nos actes.


 


Merci pour la lecture ;-)


 


Léo


 



Erwan 16/04/2010 11:53



Bonjour Leo


La suite de cet entretien est à la hauteur de la première partie, un petit bijou de poésie (enfin c'est ce que j'en retiens...), qui cite Yamaoka Tesshu, Basho, Ikkyu...où transparait que
l'essence de la Voie de l'Homme est une...


merci


Erwan



Léo Tamaki 16/04/2010 12:44



Bonjour Erwan,


 


Et je dois dire malheureusement que ma traduction ne rend en aucun cas hommage à la richesse de l'expression de Sasaki senseï. Enfin mieux vaux cela que rien :D


 


Merci pour la lecture,


 


Léo


 



Spiral 16/04/2010 11:13



O!


très profond, universel avec la couleur d'un japonais pratiquant l'Aïkido....


A suivre...(?), a s'inspirer...(?).a incarner...(?)


en aucun cas à dédaigner.(!)


Tangi



Léo Tamaki 16/04/2010 12:43



Qu'on les adopte ou pas il y a en effet une grande richesse dans les réflexions de Sasaki senseï.


 


Léo


 



Damien 16/04/2010 09:47



Merci (comme d'hab' )


 


Je note dans un coin de ma tête sa classification des techniques de base en fonction de la position de la main dans l'ukemi : ça me plait bien ...



Léo Tamaki 16/04/2010 12:42



Merci pour la lecture continue :D


 


Oui cette classification technique est une vision intéressante et originale.


 


Léo


 



Vianney 16/04/2010 08:29



Bonjour,


C'était clair dès la première partie de l'entretien, ça l'est encore plus ici : c'est un homme qui porte un grand amour pour son pays ! La réflexion qu'il a sur les langues et le pays associé est
étrange, mais pas inintéressante du tout, je trouve.


Il porte beaucoup d'espoir dans votre livre... bon courage !


Bien cordialement,


Vianney



Léo Tamaki 16/04/2010 12:41



Bonjour,


 


Effectivement Sasaki senseï aime le Japon. C'est indéniable. Cela dit c'est aussi probablement cela qui le pousse à conclure:


Mais depuis dix ans, vingt ans, cet esprit disparaît peu à peu. Le Japon ne va plus.





Cordialement,


 


Léo