Budo no Nayami

Muhammad Ali, maître du ma-aï

4 Avril 2013 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Les heures de gloire de la boxe anglaise font partie du passé. Dépassée par de nombreux autres sports, tels que le MMA (Mixed Martial Arts), la discipline ne fait plus guère parler d'elle. Et il est difficile d'imaginer à quel point ses champions ont pu être adulés. Parmi eux, un seul à mes yeux est devenu, au-delà de la légende, une icône. Muhammad Ali.

 

Voici une vidéo reprenant quelques extraits de combats.

 

 

       

 

Il y a, bien sûr, la virtuosité technique, la légèreté des appuis, la mobilité. Mais il y a surtout, un sang-froid stupéfiant. Il faut, chacun l'imagine, et ceux qui ont déjà mis les gants le savent, beaucoup de courage pour monter sur un ring. Mais le calme et la lucidité dont fait preuve Ali dans ses combats est hors du commun. C'est là je crois, l'un des secrets qui lui permettent d'esquiver les coups au plus près. Comment ne pas être impressionné par ses mouvements qui laissent les poings adverses s'arrêter à quelques centimètres de son nez, ou glisser sur les côtés de son visage?

 

On dit parfois dans les arts martiaux japonais, que le combat est une question d'un sun, 3,03 cm. Ali était un exemple frappant de la maîtrise de l'intervalle, le ma-aï. Il est aujourd'hui encore l'inspiration de milliers d'hommes et de femmes à travers le monde. Et je suis l'un d'eux.

 

 

Muhammad Ali 01

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Ben 09/04/2013 22:15


Ses absorptions, sa garde basse, son attitude et son envergure étaient tout bonnement incroyable. Ce qui est vachement intéressant, c'est de voir qu'il bat très souvent en retraite pour revenir
puis frapper sans pour autant vraiment avancer... Contrairement à Mike Tyson (qui avait aussi une défense et un punch incroyable) ou Le Banner, Buakaw Por Pramuk (si on parle de muay-thai,
kickboxing...) qui ne font qu'avancer pour aculer l'adversaire. 


 


J'aime bien faire des parallèles avec les notions que l'on peut étudier en aïkido, telle qu'irimi. Toutefois, j'abuse peut-être du syncrétisme et puis je suis trop débutant pour comprendre
pleinement ces notions, haha.

Léo Tamaki 10/04/2013 10:41



En effet, il y a une sorte d'élégance chez Ali, qu'on ne retrouve pas chez les "bulldozers", malgré leur efficacité.


 


Il y a sans aucun doute beaucoup de pistes pour tout pratiquant martial ;-)


 


Léo


 



Dureisseix Jean Luc 09/04/2013 18:35


Bonsoir Léo,


Muhammad Ali reste pour moi la "référence" en matière de boxe. Celui qui nous inspire toujours dans la pratique du combat aux poings. Quant à Mochizuki Hiroo Sensei, il a beaucoup travaillé la
boxe anglaise avec un champion japonais et s'est beaucoup inspiré de cette discipline pour la pratique pieds-poings en Yoseikan Budo!


Amicalement.


Jean Luc

Léo Tamaki 10/04/2013 10:39



Bonjour Jean-Luc,


 


Ah je ne savais pas que Mochizuki senseï avait aussi travaillé la boxe. Quel artiste!


 


Amicalement,


 


Léo


 



olry 09/04/2013 16:18


Bonjour à vous,


en effet, pour ce qui est de la grâce, c'est subjectif, un poil moins joueur aussi. Ce qui enlève peut-être l'attrait que muhammad ali pouvait représenter.


On perçoit toujours très clairement la concentration de silva, et sa pertinence au niveau de l'énergie déployée.


Ceci dit, on en revient toujours au même, c'est un travail acharné (et le terme est faible je pense), et des capacités hors du communs qui leur ont permis d'en arriver là où ils sont arrivés. 20%
de talent / 80% de sueur. enfin, c'est mon sentiment.


à plus tard.


Olry

Léo Tamaki 10/04/2013 10:38



Bonjour,


 


Il y a en effet ces différences de personnalité qui se manifestent sur le ring, mais aussi évidemment dans la vie.


Tout cela n'enlève rien au fait que Silva est un brillant combattant.


 


Et oui, travail, travail et travail ;-)


 


Léo


 



Marc 09/04/2013 12:00


On reste perplexe en voyant sa facilité. J'ai vu Hiroo Mochizuki faire ce genre de chose dans des conditions plus faciles, mais pour ses 77 ans il m'a impressionné, car il était bien dans le
temps sans etre en avance.


Souvent (en karaté) pour montrer une esquive, les gens sont en avance. Au karaté c'est simple car l'attaquant ne doit pas suivre. Le Ma c'est aussi le temps.

Léo Tamaki 09/04/2013 12:54



Je ne suis pas étonné par la maîtrise du ma-aï de Mochizuki senseï.


 


Le ma-aï est en effet très difficile à définir, intevalle reste le plus proche que j'ai trouvé.


 


Léo


 



thibault 09/04/2013 09:02


Il a un digne successeur en MMA,  Anderson Silva.


http://www.youtube.com/watch?v=nfq9tcPONdM

Léo Tamaki 09/04/2013 10:01



Du très haut niveau technique, un sang-froid évident, mais pour moi, et c'est très subjectif, il n'y a pas la "grâce" ;-)


 


Léo