Budo no Nayami

Paris Taiko Ensemble; Tulga Yesilaltay et le Wadaïko

24 Novembre 2012 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Leur son puissant est connu de tous les pratiquants d'arts martiaux. Les Wadaiko, tambours japonais, ont aujourd'hui dépassé les frontières de l'archipel. Cette année encore ils accompagneront la Nuit des Arts Martiaux Traditionnels avec le groupe Paris Taiko Ensemble.

 

 

Paris Taiko Ensemble 01

 

 

Taiko ou Wadaiko?

Taiko signifie tambour, tandis que Wadaiko désigne spécifiquement les tambours japonais. Existant depuis l'aube du Japon, les wadaiko ont été liés à la religion dès leur apparition. S'ils ont ensuite connu un développement grâce au No et au Kabuki dont ils accompagnaient les représentations, c'est il y a une cinquantaine d'années qu'ils sont véritablement rentrés dans le domaine public.

Aujourd'hui de nombreux groupes de Wadaiko existent. Le plus prestigieux est Oedo Sukeroku ryu. Tulga Yesilaltay est l'un des disciples de cette école.

 

 

Paris Taiko Ensemble 03

 

 

Tulga Yesilaltay, le regard d'un maître

Paris Taiko Ensemble est un groupe de passionnés. Leur leader, Tulga, est investi corps et âme dans le Wadaiko et en a fait sa voie. Il revient de son second séjour au Japon où il s'entraîne du matin au soir pendant des semaines d'affilée.

 

Lorsque j'ai invité Paris Taiko Ensemble, Tulga et Diana, les responsables du groupe, sont venus discuter des détails chez moi. Nous avons alors évoqué les arts martiaux, et je leur ai montré une vidéo de maître Kuroda. Tulga est littéralement devenu surexcité. La pureté du geste qu'il décelait chez Kuroda senseï le stupéfiait.

J'ai présenté maître Kuroda a beaucoup d'enseignants et pratiquants. Et j'ai montré ses films à n grand nombre d'adeptes, dont certains de très haut niveau. Peu ont pu voir ce que voyait Tulga. Il voyait ce que j'avais été incapable de voir chez Kuroda senseï lorsque je l'ai rencontré. Aujourd'hui ces choses sont évidentes et j'ai souri en voyant Tulga, car je vois ce qu'il voit. Mais il m'a fallu beaucoup de temps pour cela. Et j'avais déjà plus de vingt ans de pratique lorsque j'ai rencontré Kuroda senseï.

 

Tulga est dans une recherche du geste pur. Un travail qui l'a amené à développer une sensibilité que beaucoup d'experts en arts martiaux n'approchent pas. Sa sensibilité est la marque des grands. Je suis honoré de l'avoir avec Paris Taiko Ensemble à la NAMT.

 

 

Extrait de l'interview de maître Kuroda:

 

Vous expliquez souvent que ceux qui ne peuvent pas voir ne voient pas. Qu'entendez-vous par là?
Quelle que soit le domaine un œil exercé voit des choses que la plupart des gens ne voient pas. Il ne s'agit pas de choses mesurables qui sont faciles à voir et qui peuvent être contrefaites, mais de l'essence des choses. Du regard qui permet de voir au-delà des apparences souvent trompeuses et de voir même recouvert de boue le véritable trésor.
Dans le domaine des arts martiaux il n'est pas nécessaire par exemple d'être un pratiquant pour reconnaître de telles choses et Nishioka senseï, le maître de Shodo, voit parfaitement le seichusen alors qu'il reste invisible au commun des gens, même pratiquants.
Après avoir vu la vidéo où je pratique le bo il m'a dit: "Je voyais quelque chose de bizarre en la regardant mais je n'arrivait pas à savoir quoi jusqu'à ce que je vois que tout votre corps était en permanence caché par le bo."
La technique consiste effectivement à être en permanence protégé mais il ne s'agit pas d'être réellement derrière le bo dont le diamètre ne peut absolument pas cacher la largeur du corps même de profil. Mais il voyait et comprenait la technique. Si on parle de ça avec une personne qui ne possède pas cette vision elle répondra juste: "Evidemment on vous voit!"

 
(N.d.T. : -Shodo = calligraphie.)

 

 

Paris Taiko Ensemble 02

 

 


Paris Taiko Ensemble à la 6ème Nuit des Arts Martiaux Traditionnels

 

Date:

Samedi 24 novembre

 

Lieu:

Grande Halle Carpentier

81 Bd Masséna

75013 Paris

 

Horaire:

19H30 à 23h30

 

Tarifs:

1ère catégorie 30€

2ème catégorie 20€

 

 

 

 

Billets disponibles sur Fnac.com et Ticketnet.

 

 

 

NAMT dark new-01

Partager cet article

Commenter cet article

Franck 05/12/2012 20:06


Bonsoir Léo,


 


Ton article me fait penser à un ouvrage que j'ai lu récemment (enfin que j'ai relu) sur Miyamoto Musashi, de Kenji Tokitsu (ouvrage d'ailleurs que je recommande, tant sur le plan technique que
sur un plan plus élargi : c'est en effet un des meilleurs ouvrages que j'ai lu sur la pratique martiale).


l'auteur nous confie donc l'anecdote suivante : une jeune fille, rencontrée au japon, avait commencée l'étude des percussions assujéties au théatre No (je ne me souviens plus de leurs noms, tu
sauras je pense nous éclairer à ce sujet) à l'âge de trois ans. Son père ne lui en a jamais parlé jusqu'à l'âge de 23 ans, alors qu'elle s'adonnait à cette pratique musicale, et lui dit
: "enfin je peux te parler. tu es devenue mauvaise."


 


Cette histoire nous montre bien je crois toute l'âme japonaise dans cette recherche de la perfection artistique, toujours en devenir.


 


Une belle leçon à méditer. 


 


Franck


 


 

Léo Tamaki 06/12/2012 12:25



Bonjour Franck,


 


Merci pour l'histoire.


J'ai bien lu l'ouvrage lors de sa sortie, mais j'avoue ne plus me souvenir de ce passage ;-)


 


Bonne pratique,


 


Léo