Budo no Nayami

Tamura Nobuyoshi shihan, leçon de sabre

21 Septembre 2012 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Voici une vidéo inédite de trois minutes filmée par les membres du Shoshin Aïkido Dojo de Paul Janssen. On y voit Tamura senseï enseigner le sabre et le lien avec le travail à mains nues lors du stage d'été de Lesneven de 2009.

 

 

 

 

Si Tamura senseï a toujours inclus le travail des armes dans sa pratique et son enseignement, celui-ci a pris une importance prépondérante dans les dernières années de sa vie. Cela pouvait se traduire comme ici par la pratique au bokken, mais aussi, et surtout, par la mise en exergue de l'esprit du sabre dans le travail à mains nues.

 

 

Tamura Nobuyoshi 173

 

 

Il existe des mouvements faisant le lien direct entre le travail au ken et en taïjutsu. Ce qu'enseignait maître Tamura était à mes yeux encore plus profond. Plus que des similitudes de formes extérieures, il montrait l'esprit, les principes, la stratégie du sabre et l'intérêt de les inclure dans le travail à mains nues. Cela pouvait être déroutant pour ceux qui ne comprenaient pas le cadre de travail. Pour ma part c'est un enseignement précieux auquel je prenais énormément de plaisir.

 

 

 Tamura Nobuyoshi 035

 

Partager cet article

Commenter cet article

philippe 01/10/2012 22:02


merci pour cette vidéo


je suis d'accord avec vous deux , je trouve que le travail avec les armes est très important. Dans notre dojo, nous travaillons plusieurs semaines avec plusieurs armes pour sensibiliser l'origine
de quelques techniques et aussi pour les faire disparaitre physiquement (les armes) tout en les gardants mentalement entre les mains.


Rien n'est trop bon pour progresser, j'en ai fais l'expérience avec Maître Toshiro Suga y il a peut de temps


Au plaisir de lire d'autres nouvelles


Philippe


 

Léo Tamaki 02/10/2012 01:34



Merci pour la lecture et bonne pratique, avec et sans armes ;-)


 


Léo


 



-- 01/10/2012 11:01


Loin de moi l'idée de troller, mais même si le parallèle entre travail au sabre et travail à mains nues est intéressant, il faut noter la faiblesse de certains pratiquants d'aikido au sabre.
Notamment dans la vidéo ci-dessus il arme en avançant, cela est particulièrement net lors du travail au ralenti.


A ce point élémentaire, on pourrait noter l'absence de menace réelle (seme), le fait d'être dominé psychologiquement par le sensei, etc.


Ma question serait de savoir enfin si l'attaque shomen est l'évocation/le symbole d'une attaque au sabre, ou si elle est une frappe à la manière d'un tsuki car il me semble que dans des formes
plus anciennes de pratique le shomen n'était qu'un élément de l'attaque combiné avec une menace (aux cotes par ex.)


cdlt


--

Léo Tamaki 01/10/2012 15:19




Cher… inconnu ;-)


 


En effet le niveau de nombreux pratiquants d'Aïkido aux armes est souvent assez faible comparé aux pratiquants de disciplines telles que l'escrime, le Kendo, le Jodo mais aussi l'Eskrima, etc…


 


La première raison est que le travail aux armes est dans de nombreuses écoles très peu abordé. La seconde est que même lorsqu'il est abordé, c'est souvent pour illustrer un point, un principe, et
que l'applicabilité n'est pas un point primordial. La troisième raison… est que le travail aux armes ne s'improvise pas et que malheureusement beaucoup de maîtres n'ont souvent que démontré sans
expliquer. Si on ajoute le fait qu'il n'y a en général ni compétition ni combat, les pratiquants d'Aïkido se retrouvent à mimer une chorégraphie qu'ils n'ont jamais l'occasion de tester. De
petits décalages s'introduisent alors dans le travail, jusqu'à faire perdre tout sens à l'ensemble :'(


 


Concernant le fait d'armer en avançant, c'est une très grosse erreur. Je travaille depuis des années à la corriger chez moi comme chez mes élèves, mais force est de constater que c'est bien plus
facile à dire qu'à faire :D


Cela a en effet pour conséquence une absence de menace. Comme vous le notez il y a aussi effectivement souvent en Aïkido une admiration pour le maître, l'enseignant, qui font que l'on part
perdant. Ce week-end encore je n'ai cessé de demander aux élèves lors d'un stage d'attaquer sur moi, dans le temps, de me donner de la difficulté. C'est la seule façon pour chacun, et en
particulier l'enseignant, de progresser.


 


Le shomen est-il une attaque? Pour moi oui. Et très efficace lorsqu'il est bien effectué, tant aux armes qu'à mains nues. Toutefois il est vrai que lorsqu'on étudie les écoles anciennes, on
découvre que souvent le shomen est un attaque qui vient d'une garde haute. Le départ ne se fait donc pas de seïgan (garde de "base"). Le sabre étant en haut dès la prise de garde, ou suite à
d'autres mouvements qui l'y ont amené. Cela rend le travail d'autant plus difficile et intéressant pour celui qui reçoit l'attaque. Pour ma part je fais travailler mes élèves face à une attaque
dont le départ est seïgan puis, lorsque le mouvement commence à être intégré, jodan.


 


Cordialement,


 


Léo