Budo no Nayami

Watanabe Nobuyuki, le Jedi de l'Aïkikaï

4 Décembre 2012 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Watanabe Nobuyuki, 8ème dan, est l'un des shihans de l'Aïkikaï. Uchi-deshi d'Osenseï, il est connu pour ses démonstrations d'Aïkido sans contact. Extrait de cours:

       

 

 

 

Voyage en nostalgie

J'ai eu plaisir à revoir la vidéo de Watanabe senseï. Cela m'a replongé quinze ans en arrière lorsque je suis arrivé au Japon pour mon premier séjour de trois ans. J'ai toujours eu une grande affection pour maître Watanabe, qui me rappelait toujours le leader des Sept samouraïs de Kurosawa. A l'époque où je pratiquais à l'Aïkikaï, il donnait tous les cours du samedi après-midi, à 15h, 17h30 et 19h. Je me suis rendu très souvent aux deux derniers, et j'en garde de bons souvenirs.

 

 

Watanabe Nobuyuki 02

 

 

Parcours d'un shihan

Watanabe Nobuyuki a débuté l'Aïkido en 1958. Uchi-deshi à partir de 1960, il devient rapidement instructeur au Hombu dojo. Proche de Shimizu Kenji, il restera toutefois à l'Aïkikaï lorsque ce dernier quittera l'organisation.

Exerçant en parallèle l'activité de chiropracteur, maître Watanabe est un homme extrêmement ouvert et toujours en recherche. Il s'est rendu régulièrement en Allemagne où un groupe s'est développé autour de son enseignement.

 

La pratique sans contact de Watanabe senseï

Watanabe Nobuyuki est célèbre pour ses techniques sans contact. Caricature pour certains, ovni pour d'autres, peu sont ceux auprès de qui il trouve grâce. Mais moins nombreux encore sont ceux qui ont pratiqué avec lui!

Je n'ai jamais été un proche de maître Watanabe, mais j'ai suivi régulièrement ses cours. Si son travail sans contact était présent, il ne s'agissait, comme dans ce film, que d'une partie du cours. Et il n'invitait pas les pratiquants à imiter cela. La vidéo montre très clairement que la pratique sans contact de Watanabe senseï est un aboutissement. Dès le début maître Watanabe démontre trois niveaux de pratique sur une même base. Le travail sans contact est, évidemment, la dernière étape. Comme un idéal de pratique.

 

Il est vrai que Watanabe senseï, notamment en démonstration, use et abuse de cet exercice de façon caricaturale. Souhaite-t-il montrer ce qu'il conçoit comme un idéal de l'Aïkido? Se moque-t-il du monde? Fait-il le cabotin pour créer une réaction dans le public? Qui sait… Il est vrai que la question mériterait de lui être posée. J'essaierai de trouver un moment pour le faire cet été.

 

 

Watanabe Nobuyuki 05

 

 

Complaisance

Je crois que ce qui gène beaucoup de personnes, est la complaisance du partenaire. Et il est vrai que l'on frise parfois le ridicule. A noter toutefois que selon le niveau du uke le travail fait sens ou pas. Chez ceux qui ne sont pas disponibles cela crée un décalage grotesque.

Cela dit, à part qu'il n'y a pas de contact, je ne trouve pas plus de participation du partenaire que dans le travail d'autres maîtres. Et on trouve en Systema des exercices pratiques où les élèves suivent de la même façon qu'ici. Ils sont même plus difficiles dans la mesure où les mouvements du tori y sont moins prévisibles car la discipline n'a pas de nomenclature officielle.

 

Je me souviens d'une anecdote qui me fait toujours sourire. Un soir un américain de passage vint participer au cours. A sa façon d'observer les démonstrations sans contact je voyais bien qu'il était outré et je riais sous cape. Lorsque Watanabe senseï vint vers lui avec un sourire pour lui faire une technique sans contact, il s'immobilisa après son shomen. Senseï lui demanda à nouveau d'attaquer et, avec toute l'assurance que lui donnait sa tête de plus, il se campa de nouveau sur ses jambes avec un air suffisant… qui disparut sitôt qu'il reçut un tsuki dans le ventre. Ceux qui connaissent maître Watanabe savent qu'il insistait sur l'application technique d'Ame no tori fune sous la forme d'un coup de poing. Watanabe senseï est un homme très solide qui travaille manuellement, avec des mains énormes et, comme je l'ai constaté ce soir-là, une grande puissance. J'ai entendu d'autres histoires qui se terminaient toujours avec un pratiquant méprisant plié en deux.

Lorsque vous ne compreniez pas, maître Watanabe s'approchait et vous faisait la technique de façon classique. Lorsque vous étiez incorrect………..

 

 

Watanabe Nobuyuki 01

 

 

Réponses à un lecteur

J'ai écrit ce post en réponse à un lecteur. Voici ses questions précises et mes réponses.

 

"J'ai participé (comme n'importe quel "touriste martial" ;-) ) également au cours de Watanabe sensei quand il venait à l'Aikikai le samedi, or il ne pratiquait qu'avec ses uke, notamment un de ceux qui se contorsionne sur la vidéo. Je me demandais donc ce que pouvait penser l'Aikikai de ce représentant peu orthodoxe, quelle place il occupait et éventuellement comment on jugeait ses techniques au Japon."

 

Comment est-il perçu? Difficile à dire. Mais je n'ai jamais vu personne lui manquer de respect publiquement. Dans le privé, il y a toujours des gens pour tout se permettre.

Quelle est sa place? Watanabe senseï est un shihan de l'Aïkikaï et il y a enseigné pendant des décennies. Il a aussi été chargé de reprendre le dojo de Chiba senseï à son départ. Ces seuls faits témoignent, je pense, de la crédibilité qu'on lui accorde.

 

 

Watanabe Nobuyuki 04

 

 

"Personnellement je n'ai pas de jugement particulier sur cette forme d'aikido, cela me pose question plus que cela ne me dérange. J'avoue seulement qu'il s'est dégagé une atmosphère particulière au dojo lorsqu'il pratiquait mais ce n'était peut-être que le prisme déformant du voyageur et de la découverte."

 

Je comprends. Je comprends même d'ailleurs ceux qui peuvent ressentir de l'agacement. Après ils peuvent comme toi chercher ce qu'il y a derrière la pratique sans contact, ou continuer leur chemin. Le seul choix négatif me semble être le manque de respect qui se traduit apparemment souvent avec un pratiquant discourtois plié en deux ;-)

 

"D'autre part, j'aurais voulu savoir s'il y avait une possibilité d'avoir une interview en français de ce sensei ou d'un autre monstre sacré, à savoir Tada sensei. Sont-ils inaccessibles aujourd'hui ?"

 

J'essaierai. J'avoue que tout cela me prend beaucoup de temps et d'énergie mais je ferai mon possible.

 

 

Wtanabe Nobuyuki 03

 

Partager cet article

Commenter cet article

Nemesis Alex 22/01/2016 18:13

Mon professeur c'est mis il y a quelques années à s'éloigner de plus en plus de l'aikido "académique" français, tournant le dos au fédération pour faire comme il dis ces propres experience (voir le resultat en vidéo sur notre site aikikongen.canalblog.com). Les contrôles se faisant de plus en plus "gazeux" (je n'ai pas de mot pour califier cela...) mais toujours très présent.
Ce n'ai que récemment qu'il est tombé sur une vidéo de Watanabe NOBUYUKI ce qui lui a confirmé qu'il été sur la bonne voie ayant développé au cours des dernières années un aikido qui semble fortement dans la même veine.
Donc si un occidental peut arriver à un résultat se rapprochant de ce grand maitre qu'est Watanabe NOBUYUKI sans avoir connaissance de ce dernier et en s'imaginant être seul dans cette voie cela pourrait il vouloir dire qu'il s'agit peut être d'une voie naturelle de l'aikido?

Léo Tamaki 03/02/2016 17:51

Des pratiquants de tous horizons arrivent à tous types de résultats. L'imagination humaine est sans borne. Cela ne signifie pas que tout se vaille, et que chaque chose présente un intérêt. De même les ressemblances peuvent être profondes ou superficielles. L'important me semble de garder du recul et de l'humilité.

Julien 08/01/2016 20:06

Bonjour,

Merci pour les articles en général et celui-là maintenant ; je tombe dessus en faisant une recherche.

Il est certain que cela éveille des questions sur la connivence, sur l' "aï-ki" du maître et de son élève, au plus haut point pour moi.
Ce qui me rappelle une vidéo d'un maître d'art martial qui projetait son partenaire déjà à plusieurs mètres de distance au départ et qui avait accepté de se mesurer à un combattant de MMA... qui lui avait fait mal... pourquoi avait-il accepté ?
Pour autant, en voyant la vidéo ci-dessus plus complète qu'une vidéo centrée sur cette particularité, je ne peux m'empêcher de le trouver excellent depuis mon humble niveau. Même au travers d'une vidéo VHS il dégage déjà quelque chose d'impressionnant je trouve et si j'en avais eu l'occasion (peut-être l'ai-je même fait sans m'en souvenir... honte à moi) ou si de nouveau, j'irais immédiatement à son cours pour voir, sentir, ressentir ce qu'il propose !
Alors oui, je peux avoir tendance de prime abord à me dire que moi je pense vraiment pas que ça me le ferait..., ça n'est pas possible... etc... Mais est-ce que c'est le problème !? Comme tu l'expliques, c'est l'aboutissement de son enseignement et une partie de son aïkido qui ne renie pas le reste. Maintes fois on (je en fait) se retrouve avec des enseignants très expérimentés et on suit "malgré soi" car on a pas l'envie de faire autrement.
Du coup, mon raisonnement et questionnement m'amène à me demander :
-dans quelle mesure le mouvement d'aïkido est une résultante de la relation pychologique de deux partenaires (pour résumer, ici: à distance pour le disciple, "ordinaire" pour un élève, un tsuki pour le méprisant) ?
-dans quelle mesure le mouvement d'aïkido est une résultante d'autres maîtrises que physique, et je pense particulièrement au ki (O'Senseï fait sur certaines vidéo des mouvements sans toucher d'ailleurs) ?
-dans quelle mesure le travail d'uke est de ne pas être complaisant pour progresser et faire progresser, tout en s'harmonisant avec tori (on m'a reproché quelques fois -des français uniquement et jamais les enseignants qui pouvaient sourire avec bienveillance "au pire"- à l'aïkikaï ou en stage, que "je ne suivais pas"... mais je ne sentais rien...) ? Si quand je pratique avec mes pairs (et beaucoup d'autres) je me sens vraiment guidé est-ce parce que je me formate ou parce que je suis moins complaisant que d'autres ou parce que je fais un choix d'aïkido au niveau des sensations et de l’exécution?

Je conclurai en me demandant dans quelle mesure c'est important de se le demander puisque finalement c'est un choix personnel qui n'a pour objectifs que ceux que l'on se fixe (je ne sais pas si maître Watanabe et son disciple certifieraient que c'est efficace pour se défendre dans la rue puisque de toute façon ça n'est pas le problème)...
Bon, du coup pourquoi j'écris ça puisque je me réponds tout seul :)

Bonne continuation
Merci

Julien

Léo Tamaki 29/03/2016 20:20

Bonjour Julien,

L'Aïkido peut s'exprimer différemment selon le contexte. Comme tu l'évoques, cela ne sera pas la même chose dans un exercice spécifique entre un maître et un élève liés depuis des années et travaillant dans un objectif particulier, qu'avec un néophyte ou même un agresseur.

En ce qui concerne uke, c'est une question d'étape d'apprentissage. La coopération est nécessaire, mais doit être prudemment graduée. En grossissant énormément, un mouvement ne peut être appris face à une attaque à intensité élevé de quelqu'un qui cherche en outre à retourner le mouvement :D En revanche évidemment se complaire dans ce travail de coopération est une voie de garage :-)

Bonne continuation,

Léo

yoann 05/12/2012 08:50


Celà doit demander une grande attention et sensibilitée de Uke et également une grande disponibilité de son corps.


J'espère avoir l'occasion d'assisté à un cours de Watanabe Senseï.

Léo Tamaki 05/12/2012 13:03



En effet il faut une grande écoute et disponibilité. J'espère que tu auras l'occasion de suivre un jour l'enseignement de Watanabe senseï.


 


Léo


 



Yanick 04/12/2012 19:51


Bonjour Leo,


La pratique sans contact: je pourrais avancer que, une fois un certain niveau (voir un niveau certain) atteint, si le timing, le placement, et l'intention sont exactes, il ne sera pas possible
(en cas de contact) à uke de résister à la technique.


Donc, même sans contact, il est vaincu.


Tu as, je crois, déjà écrit à propos de cet esprit de la coupe dans la pratique de Tamura senseï, et que certains avaient du mal à saisir (bien qu'il ne pratiqua pas sans contact je pense).


Bien à toi.


Yanick

Léo Tamaki 04/12/2012 20:19



Bonjour Yanick,


 


En effet il y avait généralement contact dans le travail de Tamura senseï. Et quand il n'y en avait pas c'était un instant très bref, donc dans un registre assez différent de ce qui est travaillé
ici. Tamura senseï n'utilisait pas réellement d'éducatif dans son enseignement. Ceci explique cela ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



Frédéric 04/12/2012 19:36


témoignage intéressant ! il y a surement un enseignement à en tirer pour ceux qui experimentent ce genre d'entrainement. Le fait de pouvoir recadrer un récalcitrant est digne d'un pratiquant de
haut niveau en plus.


Merci pour les futurs interviews ;)

Léo Tamaki 04/12/2012 20:17



Merci pour la lecture ;-)


 


Léo


 



Fabien 04/12/2012 19:16


J'avoue que je déteste les pratiques de connivence. Mais je vois ici quelque chose de bien plus subtil que ce que j'ai déjà vu dans les dojo ("tu dois suivre" me disait-on, alors que je n'ai subi
ni déséquilibre, ni traction même faible). Je pense que je manque de sensibilité dans la pratique de l'aikido pour comprendre cette part du travail de ce grand Shihan. Cependant, je suis conquis
par ce que je vois lorsqu'il est en contact avec l'Uke.


Cette personne me séduit et m'interpelle, je ne me vois pas tenter de pratiquer ainsi mais c'est une personne auprès de qui j'irai apprendre sans mal si je le pouvais.

Léo Tamaki 04/12/2012 20:17



Bonsoir Fabien,


 


Comme toi je suis réticent aux pratiques de connivence qui n'ont pas de sens. Dans une perspective de construction, et pour peu que cela ne représente qu'une part de la pratique, cela peut être
positif.


 


Et en effet son travail parle clairement dès qu'il y a contact. Une belle simplicité.


 


Léo


 



Christophe C 04/12/2012 16:56


Bonjour Léo et merci pour l'article ! Et puisque tu as évoqué le non-contact en Systéma, voici un lien en provenance de club de Saint Nazaire traitant du sujet.


http://www.adad.atlantique-budo.fr/


Pour ma part, c'est le genre de pratique dont je me serais bien gaussé il y a quelques années et que je trouve carrément intéressante maintenant. Le problème est que le syndrome "Yellow Bamboo"
reste assez répandu et dessert ce genre du travail. On hésite à en parler...


A bientot et bonne pratique.

Léo Tamaki 04/12/2012 20:15



Bonjour Christophe,


 


Eh oui, comme toi ma vision a évolué sur ces sujets. Mais il est vrai que l'oeil non averti, il est difficile de faire la part des charlatans et des véritables adeptes.


 


A très vite j'espère,


 


Léo