Budo no Nayami

Namba aruki, shikko et activités naturelles par Kono Yoshinori

8 Mai 2009 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Un des axes de travail principaux de Kono senseï est la recherche de la façon dont bougeaient les japonais avant l'ère Meïji qui vit l'archipel confronté au monde extérieur après plus de 250 ans d'isolationnisme. Une des différences fondamentales concerne la marche, activité essentielle de tout être humain. Il explique que jusqu'à l'ère Meïji les japonais utilisaient la Namba aruki, marche de Namba. Lors de cette marche les bras sont soient immobiles, soient le bras du côté de la jambe qui avance se déplace avec elle. C'est ce qu'on appelle la marche homolatérale, par opposition à la marche que l'on voit habituellement, controlatérale. Dans la vidéo ci-dessous à 5:10 une animation montre les différences entre les deux façons de marcher.




Une des principales conséquences de cette façon de marcher est l'absence de vrilles, principe qui sous-tend la pratique martiale de Kono senseï ou Kuroda senseï. L'efficacité pouvant être obtenue selon des principes différents, il est à noter que les maîtres Hino ou Akuzawa utilisent en revanche les vrilles du corps dans leur travail.


Démonstration de Namba aruki à 0:25, 1:20 et 5:10


Utiliser son corps de la façon la plus économique possible

Dans cette vidéo Kono senseï explique que dans le passé les gens ne faisaient pas de sport. Bouger le corps consistait à travailler. Bien entendu cela se faisait de la façon la plus économique possible. Cela peut sembler anodin mais les conséquences sont en fait très importantes.
Aujourd'hui la très grande majorité des sportifs pratique la musculation. Généralement la musculation consiste à "stresser" au maximum un ou plusieurs muscles pour les rendre plus forts. L'entraînement ne consiste pas à soulever la charge de la façon la plus économique possible. En exagérant un peu, cela revient à ajouter de la puissance physique au lieu d'apprendre à mieux utiliser son corps. Les deux ne sont pas incompatibles mais il semble qu'il soit préférable d'apprendre à utiliser son corps de façon efficace avant de le muscler d'une façon "non naturelle".
La puissance physique ira par ailleurs en décroissant avec l'âge quel que soit son développement. Cela est peu important dans les sports où l'on accepte d'atteindre un pic dans la jeunesse. Mais cela est de peu d'intérêt dans une pratique martiale qui est censée rester efficace et même s'améliorer tout au long de la vie.
Kono senseï me disait récemment que la raison pour laquelle le Sumo est aujourd'hui dominé par les Mongols est qu'ils ont grandi en ayant des activités physiques "naturelles". En jouant, travaillant, comme le faisaient les anciens japonais. On n'utilise pas son corps de la même façon si l'on va jouer, faire du sport pendant une heure ou deux ou si l'on travaille une journée entière et que l'on sait que l'on va recommencer le lendemain. Et le surlendemain. Et le jour d'après… Bien entendu les Mongols pratiquent aussi la musculation. Mais ils ont appris à utiliser leur corps de façon économique.
 
Chute horizontale
Kono senseï évoque ensuite les distances que pouvaient parcourir certaines personnes en une journée et prends l'exemple que cite Musashi dans son Go rin no sho, d'individus qui parcouraient 40 à 50 ri par jour. Le ri, ancienne unité de mesure japonaise, correspondait à environ 3 900m, soit près de 200 km par jour. La question se pose de savoir de quelle façon ils courraient et Kono senseï explique qu'ils ne vrillaient pas le corps, ne balançaient pas leurs bras et parle de l'utilisation du déséquilibre du corps vers l'avant.
Je pense qu'il s'agit d'un principe qui correspond à la "chute horizontale" (à ne pas prendre au pied de la lettre, il s'agit d'une image aidant à comprendre la sensation). Tomber vers l'avant ici est bien à prendre dans le sens d'horizontal et non de diagonale vers l'avant qui correspondrait à une suite de déséquilibres/équilibres tandis que la chute horizontale permet de garder un déséquilibre constant. J'ai bien peur qu'une fois de plus ma manière de m'exprimer m'impose des limites très restreintes pour décrire une sensation…




Namba aruki
Kono senseï explique enfin que l'on interprète souvent la Namba aruki comme le fait d'avancer le bras et la jambe du même côté simultanément. Et il est vrai que pour en expliquer le principe il a souvent recours à l'exagération comme à 1,20 sur la première vidéo. Cependant d'après ses recherches, à l'époque Edo il s'agissait surtout du fait de ne pas balancer les bras.
Après quelques précisions historiques il explique qu'il est impossible de savoir avec certitude comment marchaient les gens dans le passé puisqu'on ne dispose que de peintures ou traditions orales pour s'en faire une idée. Il dit toutefois être persuadé à 99% du fait qu'ils marchaient différemment. Effectivement les preuves indirectes, habillement, peintures, photos mais aussi techniques martiales m'incitent à abonder dans son sens.

Shikko
La marche à genoux, shikko, est souvent travaillée dans les dojos d'Aïkido qui ont conservé la pratique du suwari-waza. Kono senseï a, de loin, la meilleure façon de se déplacer à genoux que j'ai jamais observée…


Shikko à 1:00


Shikko à 1:00

Kono senseï sera à Paris pour deux stages exceptionnels les 10 et 11 mai.





Partager cet article

Commenter cet article

Laméti 27/03/2015 18:03

Salutation,
Laméti

J'avais lu cette méthode aussi dans un numéro de Dragon, mais sans avoir retenu que l'on pouvait la pratiquer aussi sur le tatami. Cela prend tout son sens.
D'études en pratiques peut être que le tai sabaki en suwari-waza sera moins un calvaire pour le novice que je suis.

En tous cas merci de ce rappel fort bien décrit. Un nouveau post-it sur ma porte de frigo déjà bien remplie depuis la reprise de mes activités martiales ^^

A bientôt

Lameti 29/03/2015 15:46

Petite ballade en moyenne montagne sur les sentiers aux pierres qui roulent.
En cela je pratique depuis ma tendre enfance, puis plus tard de bonnes randonnées en GR *ou tout azimute.

Mes genoux vous remercient pour les montées et descentes sans souffrance, voir même la sensation qu'ils se sont vivifiés.

Salutation à Kono Yoshinori Senseï

taro 08/03/2011 18:27



Bonjour,

N'en ayant pas trouvé de référence sur votre blog,voici un lien youtube http://www.youtube.com/watch?v=0Z-I7ng3wPo — extrait très drôle de la Servante et le Samouraï (qui n'a pourtant rien d'une comédie) : c'est quasiment l'illustration
en images des explications historiques de Kôno sensei sur la manière dont la marche "egeresu-shiki" s'est imposée... Il y a tout de même quelque chose d'exagéré quand ils font la course, je me
souviens de coureurs "namba" dans le parc du Budôkan, on ne peut pas dire qu'ils étaient lents ! En même temps, c'est sûr, si le japonais moyen des temps anciens ne courait pas... ;)

En tout cas, merci infiniment et bravo pour votre blog si riche, si intéressant et si instructif qui m'a permis de découvrir Kôno sensei, Hino sensei, Kuroda sensei... Bravo également pour tout
ce que vous faites pour le budô. Il faudra vraiment que j'essaie un jour de monter sur Paris pour participer à des master classes !


 


Bien cordialement,



taro



Léo Tamaki 08/03/2011 23:35



Bonjour Taro,


 


Merci pour cet excellent lien. C'est en effet l'illustration parfaite de ce dont parle Kono senseï!


 


Il y avait effectivement des gens qui allaient vite en utilisant la marche Namba mais je crois qu'ils étaient rares à posséder ce savoir-faire.


 


Merci pour le commentaire et la lecture. J'espère vous voir un jour à une master Class ;-)


 


Bien cordialement,


 


Léo


 



olry 23/02/2010 01:22


c'est dans l'épisode 35 en fait! au tout début apres le generique

http://www.alloshowtv.com/series/view_m.php?idep=wzlut023308k9q6v&cat=M&id=79JJQ00071KJTGW

à bientot


Léo Tamaki 23/02/2010 18:49



Merci pour le lien ;-)

Léo



olry 23/02/2010 01:08


bonsoir leo,

en parlant de namba aruki, je regarde un manga qui s'intitule
 "hajime no ippo" sur jeune homme qui apprend la boxe.

lorsqu'il reçoit son diplome dans l'épisode 34, il lui est donné une marche qui semble tres académique, et qui ressemble à ce qui est décrit,
où son pied droit avance avec sa main droite...

étonnant de voir cela dans un dessin animé.
cet anime, comme on les nomme est d'ailleurs tres intéressant au niveau du mouvement du haut du corps et de la technique de placement...
enfin bref, je m'emballe comme d'hab!!

à bientot!!


Léo Tamaki 23/02/2010 18:46



Merci pour l'info ;-)

Léo



Shotokan 20/05/2009 12:14

Bonjour Leo!Oui je reviendrai avec grand plaisir et comme le bruit court que Kono sensei reviendra (espérons) mais tu pourras aussi compter sur moi (si mon emploi du temps le permet) pour les stages de Hino et Akuzawa sensei. Maintenant que je sais où se trouve le dojo d'Herblay (pas faciel  à trouver quand même )Amitiés

Léo Tamaki 26/05/2009 21:08



Ah oui, Herblay se mérite... :D

A bientôt,

Léo



Shotokan 11/05/2009 10:46

Bonjour Leo!Je voulais une nouvelle fois te remercier pour nous avoir fait connaitre Kono sensei autrement que par tes articles. Je suis rentré chez moi la tête plein de souvenirs et d'image avec tant de choses à travailler.Je tenais à te féliciter (ne voulant pas trop te déranger hier avec Kono sensei) pour la manière dont tu as abordé le stage dans une atmosphère très détendue, ponctuée de tes traductions et de tes commentaires pleins de bonne humeur.Je suis ravi d'avoir pu faire enfin ta connaissance ainsi que d'Issei, Genji et Mickael Martin.Kono sensei est un pratiquant emplit d'humilité et de générosité. Il m'a fait un grand honneur lorsqu'à la fin du cours du matin il est venu me montrer comment bien plier mon hakama. J'ai hésité à le déplier pour reprendre l'après-midi. J'en aurai eu un autre celui-ci je l'aurai gardé sous verre .En tout cas un grand BRAVO pour ce que tu accomplis dans le monde du Budo.A très bientôt j'espère  

Léo Tamaki 20/05/2009 00:44



Bonjour Shotokan,

Merci d'être passé au stage. Je suis content que ça t'ai plu.

J'ai été content de faire ta connaissance même si ce fut bref.

A bientôt j'espère.

Amicalement,

Léo