Publié par Léo Tamaki

J'ai rencontré maître Okamoto il y a quelques années grâce à mon ami Asobu. Lorsque j'ai commencé à écrire dans Dragon j'ai immédiatement voulu faire un article sur lui parce que je l'avais trouvé vraiment intéressant.


L'art d'Okamoto senseï m'a indéniablement impressionné. En fait la raison pour laquelle je n'ai pas étudié avec lui est le fait qu'environ 90% des techniques se font sur saisie. Le travail sur des frappes ou coupes étant très limité, le rapport avec le sabre n'était pas assez évident pour moi.


Lorsque j'ai écrit à Okamoto senseï pour lui demander une interview il m'a répondu qu'il était âgé et qu'il refusait actuellement toute interview. Il m'a toutefois proposé de passer au Dojo si je le désirais.
J'étais un peu déçu mais heureux de l'invitation et je pris la décision de faire un article au lieu d'une interview.


Ne me souvenant plus du chemin je pris mes précautions afin d'être sûr de ne pas arriver en retard et je suis arrivé avec une demi-heure d'avance.
Quelques instants après mon arrivée Okamoto senseï est apparu. Bien avant chaque élève. Je me suis présenté et nous avons échangé quelques mots avant qu'il m'invite à m'asseoir confortablement si je désirais assister au cours.


Le cours a débuté et j'étais vraiment intéressé par ce que démontrait Okamoto senseï. Sans doute touché par mon intérêt Okamoto senseï est venu me voir après une vingtaine de minutes.
Il m'a donné quelques explications sur son travail puis m'a dit qu'il voulait bien répondre à quelques questions. J'ai été extrèmement touché de sa générosité et j'ai alors pu l'interviewer et écrire un article sur lui.


Après la parution de Dragon j'ai reçu quelques courriers et j'ai rencontré à Tsubaki lors d'un passage en France des pratiquants qui étaient dubitatifs quand à la pratique de maître Okamoto. Ils avaient vus les liens que j'avais mis ou acheté les DVD et croyaient difficilement à ce qu?ils avaient vu?

On dit au Japon que le propre d?un maître d?Aïkido est que ce qu?il fait semble faux. Je dirai que cela s?applique probablement à la plupart des maîtres.
Le pratiquant ou l?expert qui peine et réalise ses techniques en utilisant ses ressources physiques démontre un niveau limité.


Les maîtres Ueshiba, Kuroda ou Okamoto pratiquent avec une aisance qui peut prêter au doute. Je n'ai jamais eu la chance de rencontrer Osenseï qui mourut avant ma naissance mais je peux affirmer que le travail de Kuroda senseï ou Okamoto senseï est tout ce qu'il y a de plus réel.
Cela dit je comprends les doutes que l'on peut avoir car j'avais les mêmes dans ma jeunesse, mais à l'encontre de tout pratiquant d'Aïkido! Ayant pratiqué le Judo, le Kung-fu et le Karaté je prenais les Aïkidokas pour de doux philosophes mystiques dansant une sorte de chorégraphie martiale. L'expérience m'a éclairé ;-)


Concernant les maîtres sur qui j'écris, je ne peux qu'affirmer ici que je ne témoigne que de ce que je peux voir ou ressentir. Okamoto senseï m'a fait l'honneur de me faire sentir sa technique tel que je l'ai rapporté dans l'article. Il est clair qu'il y a quelques années au seul vu de ses vidéos ou à la lecture d'un article... je serai resté dubitatif ;-)
Je ne suis pas un élève d'Okamoto senseï mais il est évident pour moi qu'il possède une technique merveilleuse et digne d'intérêt.
Les arts martiaux regorgent malheureusement de charlatans qui discréditent les arts martiaux et rien ne remplace l'expérience directe...

A ce propos et pour ceux qui veulent vérifier :D, demain (plutôt dans quelques heures) commence le stage d'été à Herblay. L'occasion de revoir et surtout repratiquer avec les élèves.

J'ai mis un article sur Ran, le film d'akira Kurosawa, dans Tsubakijournal. Ce n'est pas un de ses films que je préfère mais j'ai pris plaisir à le revoir.


Commenter cet article

Benoi 04/01/2009 08:13

Bonjour Léo et les autres.
 
arrf  C’est dommage que n’existe pas à l’heure actuelle en France la possibilité d’essayer l’école Roppokai , histoire de savoir si ça pourrait m’aller…. . (mais bon d’un autre coté on peut pas ressentir un vrai manque de ce qu’on ne connaît pas réelement).
 
Cela dit cette école a le chic pour  éveiller ma curiosité, et le pas ou peu de lien avec le sabre ne me dérange absolument pas, ne détestant pas le sabre mais n‘étant pas non plus hyper fan du sabre. Et je me souviens aussi que quand j’étais ado j’avais plutôt bien accroché  avec l’aikijitsu…..(mais faudrait vérifier si maintenant ce bon feeling avec l’aikijitsu est toujours d’actualité pour moi et si cette école là d’aiki-jitsu pourrait m’aller, seul un essai concret donnerait la réponse)
 
Certes sur la vidéo que j’ai achetée on voit nettement plus de saisies que de frappes, mais le peu de frappes abordées  a su piquer ma curiosité de par leur rareté en aiki : par exemple  coup de poing circulaire donné sur place et coup de poing « court » donné au ventre.
 
Alors j’aurais quelques questions (questions peut être stupides mais bon… ) :
 
1 Les atémis en aiki-jitsu Roppokai existent ils uniquement en fin de technique ou alors il y en a aussi parfois qui sont donnés en début de technique?
 
2 On voit sur le dvd (des trois dvd j’ai celui qui n’est pas un stage, et bien sur j’ai vu les vidéos sur le net) beaucoup de projections,  beaucoup aussi de nage katame waza, mais les immobilisations par clé ou torsions sont elles nombreuses dans le répertoire du Roppokai ? Ou alors c’est surtout des « nage katame waza » ? (Dans ce cas la vraie question est elle en fait de juste choisir si on effectuera la technique choisie dans sa version immobilisation ou dans sa version « projection » ? ) 
 
3 Les techniques suivantes du répertoire aikijitsu ont elles été conservées dans le répertoire Roppokai :
irimi nage ? sokumen irimi nage/kokyu ho ?  ushiro kiri otoshi ? les « clés de cou » et étranglements divers ?uchi/soto kaiten nage ?
ne sachant pas, je demande aux cas ou.
 
 
Si j’ai bien observé , en Roppokai ils partent de shizentai (donc moins de problèmes de genoux à long terme ?) et tori « laisse tomber uke » plus souvent qu’il ne le projette pour le faire rouler. (Donc plus dangereux ou pas pour le dos à long terme que les chutes par roulade?)
 
Mais comme ça me semble être plus une école de principes que de waza, ces questions sont sans doute stupides ou secondaires, du moins l’absence  éventuelle des élements cités (cf mes questions numerotées) n’est sans doute pas gênante.
 
Visiblement j’ai l’impression qu’ils partent du principe « ju » pour aller peu à peu vers une approche aiki.
 
Peu d’éléments disponibles à ce sujet, surtout vu comme ça de l’exterieur,  mais la pédagogie semble moderne et « réduite à l’essentiel », un peu comme ce qui se fait en wing chun, non ? (pour moi « reduit à l’essentiel » ne veut pas dire pauvre, loin de la..)
 
En tous cas j’ai jamais vu un pratiquant avoir des gestes aussi courts que Okamoto Seigo et je suppose que cette école doit être intéressante. Reste à savoir à qui ça peut aller.
 
Amicalement
Benoit

Léo Tamaki 04/01/2009 18:48



Salut Benoît,

Mon ami Asobu viendra habiter en France à partir du printemps 2009. Il a étudié cette école plusieurs années avant de rentrer au Shinbukan aussi si tu le rencontres un jour tu pourras lui
demander de te faire sentir un peu le travail.

Concernant le fait que tu aies étudié l'Aïkijutsu il faut savoir que c'est aujourd'hui un terme qui devient générique et désigne des écoles de plus en plus différentes les unes des autres. Ce que
tu as déjà pratiqué est donc sans doute totalement différent.

Le travail du Roppokaï est très particulier et passionnant. Je vais répondre à tes questions au regard de ma très petite connaissance de l'école aussi n'hésite pas si tu en as l'occasion à te
faire confirmer ou infirmer ces réponses.

1 Lors des entraînements que j'ai observés ou auxquels j'ai participé les atémis n'étaient donnés ni à la fin ni au début. Toutefois les projections très courtes permettaient de frapper uke si
nécessaire. Cela particulièrement facilement à la fin des techniques où il est généralement contrôlé aux pieds de tori.

2 Le travail de clés utilisant la contrainte est quasiment absent de l'école qui est la plus souple de toutes celles que j'ai rencontrées.

3 Les techniques du Roppkaï ne sont pas nommées pendant les cours. Je ne me souviens aps d'avoir vu ces noms dans les livres ou en vidéos mais ils sont sans doute employés. Les noms que tu cites
sont toutefois surtout utilisés en Aïkido…

La position shizentai existe à ma connaissance dans toutes les écoles. Elle y est plus ou moins employée selon. Les problèmes de genoux proviennent moins de certaines positions, car les écoles
qui ont une certaine durée d'existence ont naturellement banni les pratiques à risque, que de leur mauvaise exécution.

En Roppokaï, mais à mon sens dans toute technique correctement exécuté, tori vient simplement mettre uke dans une position où il n'a pas d'autre choix que de chuter. On ne doit jamais "jeter"
uke. Cela implique un rapport de force qu'il est parfois impossible de compenser même par la meilleure des techniques.

Concernant le dos il n'y a pas plus de soucis que dans les techniques que l'on voit plus habituellement et même probablement moins.

Effectivement il s'agit d'une école où les principes sont essentiels et où la multitude de techniques qui en naissent n'en sont que des expressions.

Il est difficile de te répondre quand tu notes qu'ils vont du principe ju pour aller vers l'aïki tant ces principes peuvent recouvrir des choses différentes. Je considèrerai plutôt qu'ils ne
travaillent que sur l'Aïki, dès le début.

La pédagogie n'est pas moderne, non. Il faut bien comprendre que ce que l'on peut voir sur des vidéos d'instruction ou de stages et la façon dont se passent les cours est très différente. Au
Roppokaï les cours se passent sans explications, Okamoto senseï exécutant simplement chaque technique sur tous les élèves. L'apprentissage par la sensation traditionnel. La concession au
modernisme vient sans doute du fait qu'il fait travailler tous les élèves sans exception, même les plus récents.

Concernant le Wing Chun je connais trop peu l'école pour en parler mais je crois au contraire que l'enseignement est assez moderne dans le sens où il fait appel à des explications verbales et
théoriques. Mais cela est je crois de toute façon plus fréquent dans les arts chinois.

Les gestes courts sont pour moi l'essence des arts martiaux. Un geste doit toujours être le plus court possible. Je ne parle pas bien évidemment des sports de combat ou de démonstrations
effectuées pour le public…

Amicalement,

Léo




Louis 26/02/2008 06:15

Bonjour,Merci pour votre reponse.J'ai fait une demande pour assister a un cours de Okamoto sensei. J'ai vu qu'il enseignait a Otsuka, dans un sport center. Savez-vous si c'est aussi la-bas que Kuroda sensei enseigne aussi? J'ai l'impression qu'il y a beaucoup d'arts martiaux dans ce sport center?Merci d'avance.

Léo Tamaki 27/02/2008 05:47

Bonjour,Je suis content que vous ayez fait la démarche d'aller voir Okamoto senseï.Kuroda senseï n'enseigne pas du tout là-bas. Par contre les visiteurs ne sont pas admis à ses cours. Si vous désirez de plus amples informations à son sujet merci de me contacter personnellement sur info@shinbukan-europe.comMerci,Tamaki Léo

Louis 18/02/2008 05:47

Bonjour Leo,J'ai lu avec interet votre article sur Maitre Okamoto du daito Ryu, que j'ai trouve tres interessant. Par la suite, j'ai pu visionner des videos de lui sur internet. Ses demonstrations sont tres proches de celles de Shioda en Aikido ou d'autres maitres.Mes questions sont les suivantes: Avez-vous PERSONNELLEMENT pu pratiquer avec Maitre Omamoto et si oui, avez-vous ressenti quelque chose d'exceptionnel?Enfin, savez-vous s'il est possible de pratiquer directement avec lui lors d'un cours d'essai si l'on se rend a son dojo?Je vous remercie par avance pour vos reponses.CordialementLouis

Léo Tamaki 18/02/2008 07:01

Bonjour,N'ayant jamais eu le privilège de sentir la technique de Shioda senseï je ne peux faire de comparaison avec lui. Par contre j'ai subi les techniques de Kondo senseï, Kuroda senseï, etc...Et la technique d'Okamoto senseï ne ressemble à aucune autre que j'ai eu la chance de ressentir. Je pense que vous avez dû lire l'interview aussi mais au cas où:http://www.tsubakijournal.com/article-6857513.htmlSa technique est réellement exceptionnelle. Maintenant il faut savoir qu'aujourd'hui Okamoto senseï a 83 ans et n'est pas en très bonne santé. Exceptionnellement il donne la pleine mesure de sa technique et c'est stupéfiant. Mais au quotidien il ne montre plus que les formes et à moins d'être déja très avancé il est dur à mon avis d'en retirer grand chose...Comme dans toute école traditionnelle on ne peut faire de cours d'essai. Si vous en faites la demande il sera probablement possible d'assister à un cours en tant que spectateur.Cordialement,Léo

Dureisseix Jean Luc 27/08/2007 13:59

Bonjour Léo,
 

j' ai regardé les DVD de Okamoto Sensei et effectivement aux vues des phénomènes de Ki qu' il provoque, nous pouvons être étonnés et sceptiques. Mais il semble utiliser les mêmes principes et avoir les mêmes résultats que d' autres Sensei du Daito Ryu ou Kuroda Sensei. Cela ressemble aux phénomènes de CHI des maîtres chinois de Chi Kong ou de Tai Chi Chuan. Est-ce la même chose? Est-ce que ces phénomènes de Ki  fonctionnent avec tout le monde ou seulement avec des élèves ou des pratiquants ayant déjà un certain niveau et étant sensibles au Ki comme l' explique Tokitsu Sensei dans un de ses ouvrages? Ces phénomènes m' intéressent, et je cherche une explication correcte et crédible à ces diverses manifestation du KI. Certains de mes élèves m' ayant interrogés sur ce sujet, je n' ai pu donner que des réponses simples sur ce que je connaissai par expérience mais aucune sur ce que fait Okamoto Sensei. Quelle explication donne-t-il, s' il en donne?
 

Continue, Léo, à nous informer sur ces grands maîtres qui ont tant à nous apporter.
 

Cordialement
 

Dureisseix Jean Luc
 

Léo Tamaki 28/08/2007 02:25

Bonjour Jean-Luc,Le travail que démontre Okamoto senseï est en effet similaire par certains aspects à celui qu'à pu démontrer par exemple Takeda Tokimune. Je pense qu'il s'agit d'un haut niveau du Daïto ryu où la technique dure disparaît pour laisser place à l'Aïki. En fait concernant les similarités avec le travail de Kuroda senseï elles sont par contre moins évidentes d'après ce que je comprends et ai senti de leur travail respectifs. Maître Kuroda ne travail pas sur le ki et n'utilise jamais ce terme. Son enseignement est basé sur le changement dans l'utilisation du corps et absolument pas sur le développement ou le contrôle d'une énergie tel que les maîtres chinois en font parfois la démonstration.Je dois d'ailleurs préciser que si les théories qui sous-tendent l'enseignement de Kuroda senseï présentent des différences notables, Okamoto senseï ne travail pas non plus sur le ki, mais sur l'Aïki, un concept très différent qui consisterait plus à contrôler le corps de l'adversaire qu'à utiliser une énergie spécifique.En résumé le travail de Kuroda senseï consiste à utiliser son corps différemment et celui d'Okamoto senseï à apprendre à contrôler celui de l'adversaire. Les résultats offrent toutefois des similitudes et ces maîtres se connaissent et s'apprécient.Je connaîs mal Okamoto senseï aussi je ne sais pas si sa technique est efficace contre des étrangers. Ce que je sais c'est que mon ami Matsushita Asobu l'a testé à deux reprises, une fois au dojo et une fois par surprise à l'extérieur et qu'il m'a dit que c'était en ces occasions que sa technique avait été la plus efficace...Cordialement,Léo