Budo no Nayami

Jacques Bardet

29 Décembre 2007 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Décembre 2007

Il y a des personnes qui changent le cours d'une vie. Dans les arts martiaux j'ai eu la chance de croiser la route de très grands maîtres jusqu'à aujourd'hui et chacune de ces rencontres m'a enrichi et fait évoluer. Mais il y a quatre personnes en particulier dont l'influence a été décisive dans ma vie, David Huynh, Jacques Bardet, Tamura Nobuyoshi et Kuroda Tetsuzan.




J'ai rencontré Jacques Bardet en 1995. J'avais vingt-et-un ans et j'étais un jeune pratiquant de Karaté plein de testostérone!
A l'époque je cherchais à pratiquer l'Aïkido et j'avais déjà été voir plusieurs dojos. J'avais notamment rencontré deux experts sixième dan qui enseignaient près de chez moi. Dans ma prétention juvénile j'avais trouvé l'un vaniteux et l'autre mauvais. Finalement une amie me parla de son professeur, Jacques Bardet, et je décidai d'aller jeter un œil.


Oï tsuki Photo Frédérick Carnet


Un prof de philo
Déception. Au premier abord il ne ressemblait à rien. En tout cas pas à l'image que j'avais d'un cinquième dan d'Aïkido (à l'époque). Un grand type maigre avec des lunettes et une coupe bizarre. Je l'aurai plus imaginé prof de philo. Bon, j'étais là donc je suis resté.
Le cours fut impeccable. Il ne parlait pas de sa vie et sa technique claire et précise avait l'air de fonctionner. A la fin du cours je prenais rendez-vous pour une séance d'essai.




Le cours suivant j'étais là en tenue. Impression confirmée par les faits. L'enseignement de Jacques Bardet était direct et sa technique efficace. Je lui demandai alors quelles étaient les formalités d'inscription. Il me répondit qu'il préférait que je vienne faire encore quelques cours d'essai pour être sûr que c'était exactement ce que je cherchais.
Mâchoire ballante j'acquiesçais. En quinze ans de pratique et après avoir visité nombre de dojos c'était la première fois qu'on me demandait de revenir plusieurs fois avant d'accepter mon inscription.
Par la suite j'ai eu l'occasion de voir Jacques avec des inscrits potentiels de nombreuses fois. C'est un enseignant professionnel mais qui ne cherche pas à enrôler les pratiquants et à cumuler les cotisations. D'autant moins lorsqu'il s'agit d'un petit excité comme je l'étais!




Dès ma première semaine de pratique Jacques me proposa d'aller suivre un stage avec maître Tamura. Je m'en souviens très bien, c'était au Havre. C'est aussi lui qui m'encouragera à aller pratiquer avec son premier professeur, Suga Toshiro, et qui me conseillera toujours d'aller vers les autres pour découvrir d'autres pratiques.




Un père dans les arts martiaux
Cela fait maintenant douze ans que j'ai rencontré Jacques pour la première fois. Dire à quel point il m'a influencé est difficile aujourd'hui d'autant plus qu'il continue à m'apporter énormément. Si dès le départ, et grâce à lui, c'est Tamura senseï qui a été mon modèle, c'est Jacques qui m'a formé et m'a enseigné les fondements de l'Aïkido. C'est aussi lui qui le premier m'a donné l'occasion d'enseigner. C'est lui encore qui m'a aidé à trouver d'autres salles lorsque je suis devenu professionnel. Lui qui m'a accompagné jusqu'à aujourd'hui, m'encourageant, me conseillant et me poussant dans l'ombre, agissant pour moi comme un véritable père dans les arts martiaux.
Au-delà de tout ça Jacques est aussi et peut-être surtout un exemple par sa manière d'être. Humble, honnête, désintéressé, généreux et ouvert.




Aujourd'hui je vis de l'autre côté de la planête et je ne peux rendre visite à Jacques qu'occasionellement. Mais il est toujours là pour moi. Ses conseils avisés et son exemple m'aident à avancer et je prends toujours plaisir à aller pratiquer à son dojo lorsque je passe à Paris.

Si vous avez l'occasion d'y passer faites-en autant, vous ne regretterez pas le voyage…

Pour pratiquer avec Jacques Bardet:
-dans le 1er et le 3ème arrondissement à Paris
-dans le 20ème arrondissement.

Son DVD, "Doji, le travail de la globalité en Aïkido".




Partager cet article

Commenter cet article

senshu 11/09/2012 21:50


c'est vrai..c'est un personnage attachant qui pratique un bel aikido, épuré, propre, une très belle attitude. Je l'ai croisé lors d'un stage à l'ile de la réunion et j'en garde un excellent
souvenir...

Léo Tamaki 12/09/2012 01:31



Je suis heureux que tu aies pu apprécier son travail en "live" ;-)


 


Léo


 



celine 07/09/2012 23:35


cette année je vais chez jaques :) le kishinkan me manque deja mais je reviendrais. de toute facon c'est la meme famille tout ca :) après yannick, issei, jaques... j'espère pouvoir venir aux
cours de leo un jour :) (mais non j'ai pas des gouts de luxe :p *tousse*)

Léo Tamaki 09/09/2012 23:12



;-)


 


Bonne pratique!


 


Léo


 



Cédric 09/08/2009 16:39

Bonjour Léo,
J'ai rencontré Jacques la première fois lors d'un stage en février 97 et son cours m’a vraiment enthousiasmé. Arrivé sur Paris, j’ai donc suivi son enseignement durant plusieurs années. Je me suis depuis éloigné des tatamis, mais je suis fermement décidé à reprendre, et bien évidemment avec lui :)
C'est vraiment un grand Monsieur et un grand professeur pour qui j’ai un très profond respect.
Cordialement Cédric

Léo Tamaki 13/08/2009 06:38



Bonjour Cédric,

Nous nous sommes donc sans doute croisés sur les tatamis chez Jacques :D

Bonne reprise!

Léo



Claudia 14/04/2008 23:35

C'est mon premier commentaire sur ton blog Léo,mais il a fallu que j écris quelque chose ;) quand j'ai lu ton article sur Jacques,ca m a fait tellement plaisir... Il est vraiment un homme extraordinaire, un très bon exemple pour les pratiquants d'Aïkido. Je suis heureuse d'avoir la chance de m'entraîner sur le même tatami que lui... Et je lui remercie qu'il s'occupe de nous et qu'il est toujours là pour nous donner des conseils et nous aider à découvrir la beauté de l'Aïkido.Doumo arigatou gozaimasu!Et merci à toi Léo pour cet article ;)Bises,Claudia

Léo Tamaki 15/04/2008 18:29


Bonne route sur la Voie de l'Aïkido ;-) Léo


emma 30/12/2007 22:08

Bonsoir,
je suis plus que d'accord avec tout cela. Jacques est un très grand Monsieur, d'autant plus grand que sa réserve, son silence, sa justesse sont l'exacte réplique de ce que devrait être la pratique aikidokate, dans son idéal. Pas d'exubérance, pas de fanfreluche, pas de gesticulations tant verbales que physiques, une sorte de neutralité presque inquiétante au départ, mais une richesse tant de coeur que d'esprit tellement bouleversante....
Jacques m'a appris à descendre, descendre, toujours plus profondément dans les profondeurs abyssales des tatamis:-DDD Alors, c'était en moi que je descendais, et dieu qu'il peut y avoir d'infinis en chacun de nous....Et Dieu que la pratique martiale nous le rappelle....
Bien, je vais m'arrêter là de peur encore de terroriser les gens par mes interventions écrites toujours plus longues...:-D
Merci Léo pour ces mots qui m'ont rappelés combien Jaques me manque:-( et combien il me fut précieux:-D
Tous mes voeux
Emma
 

Léo Tamaki 02/01/2008 08:26

Merci pour ton message Emma et très bonne année à toi :DJ'espère que 2008 te verra retrouver le chemin des tatamis, chez Jacques pourquoi pas ;-)Léo