Budo no Nayami

Brahim Si Guesmi, l'aisance de la maîtrise

25 Mars 2014 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #NAMT et Aïki Taïkaï

Que ce soit en démonstrations lors des NAMTs où il était présent, ou lors des stages que nous animons ensemble, regarder Brahim Si Guesmi pratiquer est toujours un plaisir pour moi. Son Aïkido est beau. Bien sûr il est efficace, mais il y a plus que cela. Il y a cette impression de naturel, de facilité. Cette aisance que seule une infime poignée d'adeptes atteindra un jour, et qui semble manquer même à certains des plus grands.

 

 

 

 

Le naturel de l'expertise

On entend parfois dire qu'il faut être naturel, que nous devons retrouver quelque chose qui aurait été perdu lors de notre enfance. Je ne crois pas à cela. L'Aïkido est un art extrêmement sophistiqué dont les racines ont plusieurs siècles. Alors quand un expert comme Brahim bouge avec la plus grande spontanéité, ce n'est pas qu'il a la chance de ne pas avoir perdu ce "naturel". La liberté dont il fait preuve est une seconde nature qu'il a acquise au prix d'un travail constant de plusieurs décennies.

 

Brahim Si Guesmi participera cette année à la Nuit des Arts Martiaux Traditionnels et à l'Aïki Taïkaï. Lorsque vous admirerez sa facilité, ne pensez pas qu'elle est due à une nature clémente. Sachez qu'elle est le résultat de trente-cinq ans de pratique acharnée.

 

 

Brahim Si Guesmi NAMT Aiki Taikai 2014 

 

 NAMT 14

 

       AIKITAIKAI 14

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

François 08/05/2014 09:42


Donc pour conclure, nous dirons que, par exemple, Richard Wagner a été un des plus grands compositeur de son temps parce que...il a plus travaillé que les autres ! Nul trace de génie, de don inné
pour crééer un tissu orchestral bardé de leitmotiv et de codoms en tout genre...non, tout n'est qu'affaire de "travail". Si je pousse le raisonnement jusqu'au bout, 80 % des autres compositeurs
qui n'ont pas atteint le niveau de Wagner en terme de structure musiscale n'ont...pas assez travaillé... 


Si la Renaissance n'a connu que quelques peintres de "génie" c'est tout simplement parce que les autres n'ont...pas assez travaillés...si Mickaël Jordan fut un, si ce n'est le, plus grand
basketteur de tous les temps ce n'est parce que sa vision du jeu était d'une précision et d'une rapidité hors du commun - couplées à une détente "naturelle" qui le faisait sauter plus haut et
surtout légèrement plus lgts que les autres - non, mais c'est parce ce qu'il a plus travaillé que les autres (autres qui doivent être certainement un peu flemmards...) 


Pour conclure, j'envisage de travailler d'arrache-pied et de façon acharnée pour composer quelques opéras qui atteindront certainement la beauté extraordinaire de ceux de Wagner, je travaillerai
également jour et nuit pour atteindre le "génie" d'un Michel-Ange par exemple pour sculpter un beau David de 5 mètres de haut ou bien une quelconque piéta, et puis aussi je jure de "travailler"
avec une abénagation exemplaire mon basket-ball pour égaler, voire dépasser Jordan...


Avec du "travail", au fond, rien de plus simple, je pourrais atteindre le niveau de tous ces génies sans grand problème (mais avec du travail !)... Malheureusement pour moi, j'ai conscience de
mes limites. et si je joue du piano avec un réel plaisir et, ma foi, avec une petite dose de talent que mes 10 ans de conservatoire n'ont fait que généreusement affiner, j'éviterai de verser dans
la prétention ridicule de croire qu'à moi seul je pourrais créer le genre de partition que Rachmaninov pouvait composer en quelques jours; question de modestie sûrement.


Amicalement,


François

Léo Tamaki 08/05/2014 10:42



Bonjour François,


 


Je n'ai rien contre l'ironie, mais cela ne me semble pas enrichir l'échange.


 


Par ailleurs, je vous saurai gré de ne pas me mettre des mots dans la bouche. Atteindre un haut niveau est question de travail. C'est mon opinion et le résultat de nombreuses recherches, dont
certaines que j'ai lues. L'opinion commune est inverse. Mais lisez les biographies de tous ces génies que sont Michael Jordan, Zinedine Zidane, etc... Ecoutez les parler. Vous verrez qu'il y
avait une quantité d'entraînement phénoménale et que... Oh leur grand frère était celui qui était doué! Que jeunes ils ne faisaient pas particulièrement preuve de talent, et en aucun cas de
génie.


 


Quant à Wagner, nul trace de génie dans ses débuts non plus mais de nombreuses difficultés et des résultats si décevants qu'il en fut profondément découragé. Et il avait trente ans passés
lorsqu'il donna naissance aux premières oeuvres considérées comme des chefs d'oeuvres.


 


Si donc le haut niveau est question de travail, le succès est une autre affaire. Des médiocres peuvent l'atteindre, et des auteurs de chef d'oeuvres rester inconnus. Merci donc de ne pas pousser
le raisonnement jusqu'au bout pour me faire insulter les gens qui n'ont pas rencontré le succès.


 


Votre conscience de vos limites est ce qui vous freinera toujours. La marque des personnes ayant atteint l'excellence est un travail acharné, obsessionnel. C'est mon opinion et vous n'avez
apporté aucun élément qui puisse être de nature à mefaire changer d'avis. Si vous avez de nouveaux éléments précis, n'hésitez pas à m'en faire part. S'il s'agit simplement d'ironie ou de réitérer
vos croyances, merci de vous abstenir ou de le faire par MP.


 


Léo


 



François 29/04/2014 08:21


Bonjour Léo,


merci pour le lien ;) cependant, il me vient à l'esprit un autre exemple : si vous êtes doué pour l'écriture, que vous fournissez un travail titanesque en la matière, que vous traquez la moindre
imprefection qui pourrait rendre vos phrases bancales, si avez un sens aigü du détail que vous peaufinez année après année, atteindrez-vous le génie littéraire de Marcel Proust ? A ce titre, sa
correspondance est éloquente : même jeune, il recelait en lui ce don "inné" pour traduire dans les plus infimes détails ce qu'il voyait certes, mais surtout - bien plus difficile - ce qu'il
ressentait. 


Pour finir, l'exemple de la musculation est édifiant : posséder une morphologie "naturelle" de type mésomorphe favorisera, à travail égal, une prise de muscle bien différente que celle d'un
pauvre endomorphe ;)


François 

Léo Tamaki 30/04/2014 12:23



Bonjour François,


 


Pour ce qui est du génie, il est très difficle de le définir. En tout cas s'il s'agit de quelqu'un qui fait preuve d'une maîtrise exceptionelle dans un domaine, alors oui, le travail me semble en
être la clé :-) Et Proust ne passait-il pas son temps à écrire? Se démarquait-il jeune? Mais c'est le cas de nombreux "génies" comme Mozart ou Tiger Woods... qui cumulaient un nombre d'heures de
pratique bien supérieur aux personnes du même âge. Je n'ai pas le sentiment en tout cas que Proust est né avec quelque chose d'inné qui faisait de lui un meilleur écrivain qu'un autre :-) Je
pense qu'il est né dans un milieu favorable, aisé et cultivé, et qu'il a passé son temps par goût dans des cercles d'intellectuels dès sa jeunesse.


 


Pour ce qui est des types morphologiques, j'avoue que c'est u domaine sur lequel je ne me suis plus penché depuis quelques années. Il me semble toutefois que si ces catégories sont utilisées
dansle domaine de la musculation, il n'y a pas eu de recherches récentes pour confirmer les travaux du Dr Sheldon qui leur ont donné naissance. Travaux sujets à controverse. Sans compter que
nombre de champions ont obtenu des résultats alors que leur physique n'aurait pas soi-disant pas dû le leur permettre. Je pense par exemple à ce champion olympique d'escrime qui avit très peu de
fibres rapides et dont j'ai ooublié le nom...


Nul doute qu'en tous domaines nous ne naissons pas égaux. Il semble toutefois d'après les études que le travail est la principale source de succès. Quand au génie ou talent, il reste encore à le
définir précisément.


 


Léo


 



François 28/04/2014 08:20


Bonjour Léo,


Je pense tout de même que la facilité « naturelle » que l'on peut éprouver pour une discipline quelconque peut engendrer une facilité certaine et surtout une compréhension plus poussée de ce que
l’on exécute. A titre d’exemple, j’ai commencé l’Aïkido cette année, je suis donc un jeune 5ème Kyu. Cependant, de manière assez nette, j’ai ressentie une réelle facilité à la pratique des armes.
Je n’avais jamais tenu un bokken ou un jô de ma vie et pourtant j’ai immédiatement ressentie de manière quasi instinctive l’utilisation que je devais en faire.


Bien sûr, le travail que je peux effectuer avec les armes est truffé d’erreur en tout genre, mais malgré cela je ressens de manière très agréable la vivacité de cette aisance « naturelle », du
moins si je l'a compare à celle d’autre débutant de même niveau. A travail égal, parviendrons-nous à atteindre non pas le même niveau, mais à obtenir la même aisance, la même pureté de mouvement
? Je ne le pense pas. Et bien qu’un pianiste de talent pourra travailler jour et nuit dans le but d’atteindre une certaine perfection, il ne dépassera jamais le virtuose qui, à 5 ans, jouait
d’une manière extraordinairement naturelle. 


François

Léo Tamaki 28/04/2014 19:23



Bonjour François,


 


Concernant la facilité naturelle, il s'agit à mon sens de quelque chose qui ne donne un léger avantage que peu de temps. Je vous invite si vous lisez l'anglais à lire ces deux ouvrages:


http://www.amazon.com/Talent-Overrated-Separates-World-Class-Performers/dp/1591842948


http://www.amazon.fr/Outliers-Story-Success-Malcolm-Gladwell/dp/0316017930


 


Le cas de virtuoses de 5 ans et autres y est abordé. Il en ressort qu'il s'agit de personnes ayant, malgré leur jeune âge, beaucoup travaillé :-)


 


Cordialement,


 


Léo


 



Oyà 15/04/2014 23:00


Invoquer le talent naturel c'est souvent rechercher une excuse. Il est beaucoup plus confortable de se dire "je n'arriverai jamais à cela parce que la nature n'a pas été assez généreuse avec moi"
, que d'admettre honnêtement "je n'atteindrai jamais ce niveau car je ne suis pas prêt à fournir le travail nécessaire pour cela". 


C'est moins honnête bien sûr.  Mais c'est plus facile. 

Léo Tamaki 15/04/2014 23:04



Tout à fait ;-)


 


Léo