Publié par Léo Tamaki

On ne présente plus aux pratiquants d'Aïkido Noro Masamichi senseï, l'un des pionniers de la discipline. Proche du fondateur Ueshiba Moriheï, maître Noro verra son nom souvent occulté après sa séparation de l'Aïkikaï et la fondation du Kinomichi.

 

 

Noro-Masamichi-003.jpg

Noro Masamichi, fondateur du Kinomichi

 

 

Un destin capricieux
J'avais pourtant entendu le nom de Noro senseï dès mes débuts en Aïkido et sans doute même auparavant. Et comme pour Christian Tissier je suis allé à son dojo lorsque j'ai voulu faire mes premiers pas dans la discipline. Malheureusement des deux fois où je fis le déplacement il fut une fois absent et la suivante je ne fis que le croiser dans un couloir. Le destin se joue parfois ainsi de nous.

Après cette rencontre furtive je revis maître Noro quelques années plus tard à l'Aïkikaï lorsque je vivais au Japon. Il était venu assister à un cours du troisième Doshu, Ueshiba Moriteru. Assis en seïza, souriant dans un élégant costume agrémenté d'un nœud papillon, il m'avait frappé par la beauté de sa posture.

 

 

Noro Masamichi 007

Noro senseï

 

 

Les années passèrent et j'eu de plus en plus l'occasion d'entendre parler de Noro senseï lorsque je débutais les interviews pour des magazines d'arts martiaux, Tamura senseï me parlant de lui chaleureusement et me conseillant d'aller recueillir ses propos, Daniel Toutain me le décrivant dans les termes les plus flatteurs, etc… Ma curiosité était vivement éveillée mais habitant au Japon je ne trouvais pas le temps d'aller le rencontrer.

 

 

La rencontre d'un maître
C'est il y a quelques semaines que, profitant de mon retour en France, j'ai tenté de contacter Noro senseï. Grâce à l'aimable introduction d'Odyle Noro-Tavel je pus enfin le rencontrer. J'ai eu le plaisir de découvrir un maître généreux et un homme à l'élégance raffinée.

Cela fait à présent déjà trois fois que Noro senseï a eu la gentillesse de m'accorder de passionnants entretiens. Les heures d'enregistrement, les enseignements et anecdotes précieuses s'accumulent et j'espère que je saurai les partager sans trahir leur fond.

 

Noro Masamichi 004

Maître Noro

 

Commenter cet article

Eve 16/10/2010 18:22



bonjour,


Merci pour ce "teaser"... mais j'attends d'en savoir plus sur cet "être rayonnant", au kendo le sourire des senseï est tout aussi présent mais nettement plus intérieur :)


 



Léo Tamaki 17/10/2010 14:13



Bonjour,


 


Ah malheureusement il faudra attendre un peu car les entretiens se poursuivent et il faudra mettre ces heures en forme...


 


Merci pour la lecture,


 


Léo


 



Elisabeth 13/10/2010 18:51



Bonsoir Léo,


J'ai pratiqué un peu avec Noro-Sensei au Korin-Djoj, il y a une dizaine d'année de cela. C'est un personnage haut en couleur, une élégance, un raffinement et une discrétion so british; en même
temps, un humour terrible, parfois décapant et imprévisible pendant les séances ! Je me souviens d'un jour où, alors que j'étais dans une posture avec le bras et la main tendue vers l'avant,
Maître Noro s'est agenouillé tranquillement devant moi et a déposé un baiser sur ma main dans un sourire éclatant. Bien qu'étant déjà habituée au personnage, je n'étais pas peu surprise...c'était
comme une grande leçon.J'ai plus été impressionnée par son regard et son sourire qui traversent (et le baise-main bien sûr) que par sa pratique du sabre.


Elisabeth



Léo Tamaki 13/10/2010 20:53



Bonsoir Elisabeth,


 


Belle description du personnage ;-)


 


Merci,


 


Léo


 



Francesca 12/10/2010 08:27



Ah ça y est j'ai réussi à le faire marcher ce lien!


Aaaah Tamura Shihan... ça fait plaisir de le voir s'éclater!!!


C'est comme ça que je veux me souvenir de lui :)


Bises


Francesca



Léo Tamaki 12/10/2010 13:11



;-)


 


Bises,


 


Léo


 



Francesca 11/10/2010 21:47



Bonsoir Léo,


J'ai trouvé ton article très intéressant coome tous les autres d'ailleurs :p


Quel plaisir de voir un Sensei souriant! C'est rare :)


A bientôt


Francesca



Léo Tamaki 11/10/2010 22:47



Bonsoir Francesca,


 


Merci pour la lecture continue :D


 


Mais voyons il y a beaucoup de maîtres qui sourient!


http://www.leotamaki.com/article-17088047.html


 


Mais c'est vrai que Noro senseï est un spécialiste ;-)


 


A bientôt,


 


Léo


 



leroy evelyne 11/10/2010 19:12



Ah, Léo, avec Maître Noro, tu me fais remonter le temps !


Arrivant à Paris pour études, tout jeune et bien timide, je suis allé sur les conseils de Daniel Boubault et Bernard Choulot, pratiquer à l'Institut Noro, rue des Petits hôtels, de 1974 à 1976.


Evelyne m'y a rejoint et nous avons bénéficié des cours que Maître Noro assurait en personne en bonne partie, y compris pour les débutants du cours I ; et bénéficié également de l'enseignement
des instructeurs - tel était le terme - comme Michel Martin, Daniel Toutain, Jean Lapébie, Aymar de Lestrange...


Rends-toi compte : Maître Noro avec sa présence, son magnifique sourire, sa gentillesse et son enseignement sans concessions ; en plus, pas de ceintures à passer, pas de dan à décrocher, des
cours de niveaux différents et nombreux dans la journée (matin, midi, après-midi, soir) : le bonheur complet - le retour en province a été un peu difficile au début...


Nous allons lire avec intérêt l'interview de Maître Noro, pour suivre son évolution de l'aïkido au kinomichi. Déjà en 76 pointaient les prémisses de la future rupture : l'affiliation obligatoire
à la FFJDA, fédération qui s'occupait surtout du judo tout en encaissant les cotisations des disciplines associées. Maître exceptionnel, ayant reçu l'éducation d'un milieu favorisé, il était pour
lui difficile de supporter les diktats des fédérations.


Grâce à Maître Noro, l'aïkido ne nous a plus quitté - même si le folklore imposé (ceintures, dan, fédérations) reste pénible à traîner au fil du temps. Nos 4 enfants ont tous pratiqué avec nous,
dont un qui continue... pour notre plus grand bonheur.


Cordialement,


Alain et Evelyne



Léo Tamaki 11/10/2010 21:14



Bonjour Alain,


 


Ah mais je vois que vous avez vécu des moments "historiques" :D


 


Je crois que l'impression que donne le premier maître, au-delà du professeur, a un rôle majeur. Les attentes que l'on a sont plus importantes et si l'image est décevante l'implication peut s'en
ressentir. Nul doute qu'avec Noro senseï ce ne fut pas le cas. Et vous en êtes la preuve vivante!


 


Très bonne pratique à toute la famille ;-)


 


Léo


 



ivan 11/10/2010 09:35



Je ne peux qu'applaudir et faire un clin d'oeil. ;-)



Léo Tamaki 11/10/2010 11:47



;-)


 


Léo


 



ByakkoZ 11/10/2010 08:51



Alors là Léo, j'avoue que j'attend ça avec une très très grande impatience.
Figure toi que durant mon enfance je passai mes vacances chez ma tante dans un petit village de l'ain et qu'il se trouve que mon oncle est aussi l'onlce d'odile Noro-Tavel.
J'ai donc eu l'honneur de rencontrer Noro sensei et de le connaitre ( un tout petit peu) en tant qu'homme et non en tant que Maitre d'arts martiaux.
A l'époque je ne savais même pas qu'il avait pratiqué l'aikido avec O'Sensei ni qu'il avait ouvert son école : le kinomichi. Je ne l'ai découvert que bien plus tard. Quand j'ai appris ceci, j'ai
tout de suite eu une sorte de regret, ou plutôt de déception, de ne pas l'avoir su lors de nos brêves rencontres.
Le souvenir que j'en garde en tant qu'homme est que c'est une personne calme qui faisait preuve de beaucoup de discrétion.
J'ai en mémoire une anecdote, ou plutôt un détail, qui me rappelle que Noro Sensei était une personne simple et sans fioriture.
Je trouve qu'il émanait quelque chose de lui, quelque chose que je n'arrivais pas à définir à l'époque. Une sensation, une présence... je ne sais pas trop en fait. Mon dernier contact avec Sensei
doit remonter à 15 ans environ je pense.
Du coup, chaque fois que j'y repense ou que je lis quelque chose sur le kinomichi ou sur Noro Sensei, j'ai un gout d'amertume dans la bouche sur cette "occasion" manquée de pouvoir voir sensei
pratiquer et aussi de pouvoir lui poser des questions sur ses débuts dans l'aikido et les arts martiaux.
Comme tu le dis si bien : Le destin se joue parfois ainsi de nous.

J'espère que le destin ne se jouera pas de moi une autre fois et que j'aurai le plaisir de te rencontrer, toi, sensei et le noyau dur d'aunkai dans 3 semaines :)

David




Léo Tamaki 11/10/2010 11:50



Bonjour David,


 


Quelle coïncidence, c'est assez extraordinaire :D


Il est vrai que Noro senseï a une présence très puissante et agréable.


 


Bien que tu n'aies pas pratiqué avec lui son image t'a marquée positivement, n'est-ce pas déjà un enseignement ;-)


 


A très bientôt,


 


Léo


 



Mat. 11/10/2010 00:49



Aïe ! Nous brûlons d'en savoir plus ...


Bien à toi et à bientôt !



Léo Tamaki 11/10/2010 01:59



Je ferai de mon mieux. Cela risque de ne pas se faire tout de suite toutefois car je préfère profiter au maximum de la disponibilité de Noro senseï pour l'interviewer. Après il faudra retraduire
tout cela du japonais au français puis le mettre en forme...


 


Mais je pense que les pratiquants apprécieront ce que maître Noro a la générosité de partager.


 


A bientôt,


 


Léo