Budo no Nayami

Interview Sasaki Masando, dans les pas d'Osenseï… (partie 1)

12 Avril 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Interviews

Sasaki Masando est l'un des personnages les plus polémiques de l'Aïkido. 8ème dan, prêtre Shinto, son discours célébrant l'esprit japonais gène par ses accents de nationalisme. Pour autant, dès lors que l'on cherche à dépasser l'aspect superficiel des choses, son enseignement révèle des trésors de profondeur.
Sasaki Masando est l'un des rares à avoir, comme le Fondateur, lié la Voie martiale à celle du Shinto. Plus que quiconque, il est à même de transmettre le lien intime qui existe entre les origines Shinto de l'Aïkido et sa pratique, son message. Entretien avec un maître hors normes.



Sasaki Masando 09



Senseï, comment avez-vous débuté l'Aïkido?
J'ai commencé l'Aïkido vers vingt-cinq ans, en 1954, après avoir assisté à une démonstration. Peu après j'ai rencontré Osenseï et, dès l'instant où je l'ai vu, j'ai été séduit par son visage.



Sasaki Masando 17



Avez-vous pratiqué d'autres disciplines?
Par la suite, j'ai rencontré Nakamura Tempu et il m'a invité à devenir un de ses disciples. J'ai aussi beaucoup pratiqué le Kendo pendant la guerre.

(Note de l'auteur: Nakamura Tempu, 1876-1968, budoka, introduisit le Yoga au Japon. Il fonda le Shin Shin Toitsu do, la voie de l'union de l'esprit et du corps. Il eut une influence considérable sur certains des pratiquants les plus éminents de l'Aïkido tels que Toheï Koichi ou Tada Hiroshi.)



Sasaki Masando 03



Avez-vous reçu les techniques du fondateur?
Oui, souvent. La dernière fois que j'ai eu l'honneur de recevoir son enseignement m'a profondément marqué. C'était deux mois avant sa mort. A cette époque le Fondateur avait plus de 80 ans, à peine plus que moi aujourd'hui. Il ne s'agissait pas de puissance physique, il n'y avait… rien. Aucun heurt, juste une sensation éthérée mais irrésistible.



Sasaki Masando 07



A part lui, qui ont été vos professeurs?
Mon professeur était Tamura senseï. Osenseï l'aimait beaucoup parce qu'il chutait bien. L'ukemi, c'est la sensibilité. C'est un travail essentiel.



Sasaki Masando 10



Quelle est l'essence du Shinto?
Au cœur du Shinto est la femme. Amaterasu omikami est une femme. Nous sommes les enfants de l'univers.
Dans les sanctuaires japonais il y a des toris. Ces toris sont les jambes de nos mères. Le chemin qui mène au sanctuaire, sando, est le chemin que nous empruntons pour naître. C'est pourquoi on appelait aussi le sanctuaire l'utérus. C'est la Voie des Dieux.
L'amour entre l'homme et la femme est l'origine de tout. En Occident l'individu est au centre. Mais un individu seul ne peut donner naissance à un autre être. Il faut qu'il y ait musubi.

(N.d.a.: -Amaterasu omikami, déesse du soleil, est l'ancêtre des empereurs japonais. Elle est représentée sur le drapeau japonais par le disque rouge.
-Tori: arche symbolisant l'entrée dans un espace sacré. Elles étaient traditionnellement au nombre de trois.
-Sando: deux homonymes, l'un désigne l'allée d'accès au temple, l'autre est un terme médical concernant le chemin qu'emprunte l'enfant à la naissance.)



Sasaki Masando 08



Qu'est-ce que le musubi?
Lorsqu'un homme et une femme s'unissent, un enfant naît. Les opposés qui s'unissent est l'essence du musubi. L'être humain naît du musubi du corps du père et de la mère. Musubi est l'union des contraires qui permet l'équilibre. En Shodo, sur un papier souple, il faut écrire avec un pinceau dur. Sur le shikishi, il faut un pinceau souple.
L'esprit du musubi est le cœur de l'âme japonaise. Ainsi le Japon est la civilisation qui a unifié bun et bu, la culture et le guerrier.

(N.d.t.: -Shikishi: papier épais utilisé pour l'écriture de poème.)



Sasaki Masando 06



Quel est le lien entre le Shinto et les Budo?
Le cœur des Budo est l'esprit du miroir.
Il y a bien longtemps au Japon, à l'époque des dieux, les sanshu no jingi ont été offerts à l'homme. Ces trois trésors sacrés sont le tsurugi, le kagami et le magatama. C'est pourquoi devant les jinjas il y a un miroir. Ce qui y est reflété est notre visage. C'est nous sans être nous. Cela nous livre des enseignements très profonds…

 (N.d.a.: -Sanshu no jingi, les trois trésors sacrés du Japon, ont été amenés aux hommes par Ninigi no Mikoto, petit-fils de la déesse du soleil Amaterasu Omikami. Ces trésors sont le sabre (tsurugi), le miroir (kagami) et le joyau (magatama).)

Le cœur du miroir reflète tout, c'est une Voie sans concession qui reflète les choses telles qu'elles sont. Le miroir reflète dans l'instant et les Budokas vivent dans l'immédiat. Il faut pratiquer avec l'esprit du miroir. Le cœur comme le corps doit pouvoir changer dans l'instant. Le cœur comme le corps doit pouvoir faire tenkan instantanément.



Sasaki Masando 13



L'origine japonaise de l'Aïkido est donc partie intégrante de sa nature?
Tout à fait. Le Christianisme, le Bouddhisme… toute religion renferme l'essence de la civilisation qui lui a donné naissance. Il est donc très important de comprendre leurs caractéristiques car cela permet de mieux saisir l'esprit de leurs habitants et de  leurs traditions. Chaque peuple est lié à des éléments et voit, conçoit et mesure les choses à travers eux.
De la Terre sont nés de nombreux esprits. La Terre, comme l'Aïkido, est unique mais multiple dans ses manifestations. Elle abrite des environnements chauds et d'autres froids, des climats doux ou hostiles. Et chaque culture, chaque pays a été modelé par l'environnement qui lui a donné naissance.
Sur cette terre il y a la France et de nombreux pays. La France, qui est au cœur de l'Europe, est de la civilisation de la pierre. La civilisation de la pierre est née dans des contrées où les terres étaient souvent arides, où il était difficile de survivre. Il était donc nécessaire de préserver ses ressources et protéger ses réserves. C'est pourquoi s'y sont développés les bâtiments de pierre. C'est dans cette civilisation et sur cet esprit que la science moderne s'est développée. Mais le réchauffement climatique est aussi la conséquence de cette culture de la pierre…



Sasaki Masando 05



Quelles sont les autres civilisations?
L'Occident est donc la civilisation de la pierre. Le Moyen-Orient est celle du sable, du désert. L'Extrême-Orient est celle de la terre. Mais la terre est aussi la boue, et les Américains en ont fait l'amère expérience lorsqu'ils ont rencontré la défaite dans le bourbier vietnamien.

Le Japon est donc de la civilisation de la terre?
Non, le Japon est la civilisation de l'eau. C'est la culture du nagare, de l'écoulement. Il n'y a pas d'arrêt, de blocage. Les traditions et l'esprit japonais ont été modelés par cette façon de voir les choses.
Nous lavons notre corps avec de l'eau, c'est l'origine du misogi. C'est de là qu'est né le Shinto, la Voie des dieux.

(N.d.a.: -Misogi: ablutions purificatrices)



Sasaki Masando 12



Quelles sont les différences essentielles entre l'Occident et l'Orient?
L'Occident divise les choses et est allé au cœur du matériel. L'Orient conçoit les choses dans leur globalité et est allé au cœur de l'invisible et du spirituel. Le visible et l'invisible, le matériel et l'immatériel…
Cela a des conséquences. Au Japon il n'y avait pas de voleurs et donc pas de clés ou de serrures. Les cadenas ont été importés de Chine, c'est pourquoi on les a appelés des Nankinjo. En Occident les voleurs sont nombreux. C'est le résultat de la division. Dès lors que l'on prive quelqu'un de quelque chose, on fait naître en lui son désir de le posséder.

Y-a-t-il un point commun entre les civilisations?
Oui. Tout à l'heure nous avons fait des photos des mains. L'humanité est la civilisation de la main. Seul l'homme a des mains.
A ce sujet il me revient une anecdote. Lorsque j'ai débuté l'Aïkido, je me disais que s'agissant d'un Budo on devrait pouvoir frapper avec le pied. Mais lorsque j'en ai parlé à Osenseï, je me suis très sévèrement fait réprimander. "L'homme est de la civilisation de la main. Agir ainsi est s'avilir. C'est répugnant." me dit-il. J'ai longuement réfléchi à ce sujet et j'en suis venu à voir la profondeur de cet enseignement.
Le Budo est une question de vie ou de mort. On pourrait donc croire que l'on peut tout utiliser. Mais c'est opposé au point de vue du Bushido, c'est user de lâches procédés. Cette façon de penser est l'esprit japonais.

Comment doit-on considérer le corps?
Le corps de l'homme est le corps de dieu. La journée nous l'utilisons, la nuit il retourne aux dieux. Le corps ne nous appartient pas, il appartient aux dieux.
De même que dans une auberge une personne éduquée rangera sa chambre, une personne de cœur prendra soin de son corps. Nous ne sommes que des utilisateurs, nous ne possédons pas le corps, nous en avons l'usufruit.

Le corps n'a pas de poids, c'est pourquoi il est vide. (rires) Du point de vue de la science, le corps a un poids. Du point de vue de la vie, il n'en a pas…

(N.d.a.: Il s'agit d'un jeu de mots de Sasaki senseï. En japonais corps se dit "karada" et "kara da" signifie "c'est vide".)



Sasaki Masando 04



Qu'est ce que le Bushido?
Lors du conflit russo-japonais, le monde entier prévoyait la défaite du Japon. C'est pourtant le Japon qui a vaincu grâce à l'âme du samouraï, le Bushido, l'esprit de sacrifice. C'est en s'engageant totalement que le Japon a gagné un combat que l'on disait perdu d'avance. Et cette victoire a fait naître l'étincelle qui a permis aux pays d'Asie de gagner leur indépendance.
Mais le Bushido n'est pas le chemin de la mort. Le Bushido est une voie où l'omniprésence de la possibilité de la mort nous amène à réfléchir sur la façon de vivre. Cette présence de la mort nous amène à vivre pleinement et intensément chaque instant sans crainte. Et, si cela s'avère nécessaire, à sacrifier son existence. Livrer un combat juste et nécessaire même en sachant que la seule issue possible est la défaite est aussi l'âme du samouraï.
Mais le Budo est la vie. C'est avec la vie que l'on peut voir le véritable Budo, c'est la vie qui nous permet de le comprendre…



Sasaki Masando 14



Vous considérez que le Japon a œuvré pour l'indépendance des pays d'Asie?
Oui. Non seulement en montrant au monde qu'il était possible de faire face à une puissance occidentale lors de la guerre russo-japonaise, mais aussi grâce à la seconde guerre mondiale. Lors de ce conflit, le Japon a affronté le monde dans une lutte qui allait le mener à la défaite. Mais à la suite de cela, un par un, tous les pays d'Asie ont obtenu leur indépendance. Mongolie en 45, Philippines 46, Inde et Pakistan 47, Corée et Birmanie 48, Indonésie et Taïwan 49…
L'histoire doit être contemplée sur des périodes de trois cents ans, l'homme sur des périodes de cent. Ce n'est qu'ainsi qu'on en voit l'esprit. Si on prend un cylindre, vu d'en haut il est rond. Mais vu de côté il est carré. Il faut du recul pour voir les choses dans leur véritable dimension.

Le Japon ne s'est pas vanté en disant "C'est nous qui vous avons libéré!". C'est un cœur rempli de compassion. Le cœur de l'homme est pensée et empathie, compassion. Mais des deux l'essentiel est la compassion. La pensée n'a de valeur que lorsqu'elle renforce l'altruisme et la compassion.

Quelle est la spécificité de l'Aïkido par rapport aux autres Budo?
L'Aïkido est la manifestation martiale du Shinto japonais. C'est une manifestation du fonctionnement de l'univers, du musubi, l'union des contraires, nage et uke, grâce à irimi.

Ma voie est l'Aïkido. Il y en a beaucoup d'autres, le Karaté, le Kendo… Mais dans le courant de l'Histoire c'est l'Aïkido qui est apparu le dernier. L'Aïkido est le dernier des Budo, son achèvement. Il contient l'esprit de la paix dans le monde.
En Budo il n'y a pas de tameshiaï, il n'y a que le koroshiaï. Il n'y a que la vie ou la mort. Mais le koroshiaï doit devenir ikashiaï. C'est l'esprit du Japon et de l'Aïkido.

(N.d.a.: -Tameshiaï: rencontre de test, compétition.
-Koroshiaï: rencontre de mort.
-Ikashiaï: rencontre de vie.)


Aux échecs, lorsqu'une pièce est prise elle est morte, on ne peut plus l'utiliser. C'est un koroshiaï. Dans le shogi, les échecs japonais, on peut utiliser la pièce que l'on a prise. C'est ikashiaï.
Le koroshiaï est l'esprit occidental. J'ai quatre-vingts ans et j'ai donc vécu la guerre. L'occident a créé des armes de destruction massive. Des grenades aux bombes, ces armes détruisent tout, sans distinction. Le Japon est différent. Il attaque le cœur. C'est en attaquant au cœur qu'il peut faire vivre le reste. C'est l'esprit japonais. L'esprit du Japon c'est ikashiaï. Le Budo c'est l'ikashiaï.



Sasaki Masando 15



C'est un idéal extrêmement élevé.
Oui. Mais dans le Budo actuel cette dimension, cette profondeur ont disparu. Cela s'arrête à la forme, à l'aspect matériel, superficiel. Une technique sans âme dans un monde matérialiste.

Pour mesurer les objets on utilise une règle, pour les peser une balance. Mais l'essentiel ne peut être mesuré que par le cœur. Nous vivons une époque dominée par les désirs matériels. Traditionnellement on dit "Debout un demi jo, couché un jo." Cet espace, un kimono, une ou deux mesures de riz suffisent. Il n'est pas nécessaire d'accumuler pour vivre.

(N.d.a.: -Jo, unité de mesure de surface équivalent à un tatami japonais, 1,65m².)


Les désirs sont-ils donc néfastes?
La civilisation humaine s'est développée grâce aux désirs. Mais leur excès entraîne la guerre. C'est pourquoi il est important de bien réfléchir aux désirs (yoku yoku kangaeru).

(N.d.a.: -Yoku signifie "désir" ou "bien", "Yoku yoku kangaeru" signifie donc "Bien réfléchir aux désirs…".)



Sasaki Masando 11



Photos Jean-Baptiste Rosello


Partager cet article

Commenter cet article

nikaia7 27/08/2010 22:19



ah, quand même, je tenais à dire que cette interview est très intéressante, merci de l'avoir publiée



Léo Tamaki 02/09/2010 17:11



Merci de l'avoir lue ;-)


 


Léo


 



nikaia7 27/08/2010 22:17



le nationalisme existe partout.


c'est souvent un "refuge" pour des gens qui voient avec regret partir certaines traditions... au bénéfice d'une homogénéité mondiale...


alors après... il faut juste effectivement que ça ne rende pas imperméable à tout le reste...ne pas se prendre pour l'exemple absolu, rester humble et ouvert à toutes les autres cultures qui
recèlent toutes des trésors.


et c'est valable pour tout pays...


la France n'échappe pas à mon commentaire



Léo Tamaki 02/09/2010 17:11



Le nationalisme est paradoxalement international ;-)


 


Léo


 



Philippe LESIRE 14/04/2010 09:32



Bonjour Léo,


Comme le signale un autre internaute, encore un bel article ... qui ne nous éloigne pas du monde des Art Martiaux, qui nous y plonge au contraire et nous fait voir un certain nombre de ses
fondements.


Le nationalisme affiché de Sensei Sasaki se justifie, à mon sens, par son vécu et l'histoire de son pays.  Passer en peu de temps du Moyen Age (sans connotation péjorative) et se retrouver
dans l'Epoque Moderne ne s'est pas fait sans heurts.  Les conséquences sont encore palpables de nos jours.  Le nationalisme nippon lui est propre et ne peut être comparé à aucun
autre.  Le fait qu'il s'agisse d'une île n'y est pas étranger.  Jusquà la fin de l'époque Meiji, l'archipel connaît un isolationisme protecteur, garant entre autres de la richesse de sa
culture.  Basculer en quelques décennies dans un monde où l'économie et l'autonomie politique des états deviennent les principes directeurs provoque des sentiments contradictoires, dont un
nationalisme exacerbé durant l'ère Shôwa.  Il est aisé d'imaginer le retentissement qu'il peut encore trouver de nos jours, surtout parmi la population qui a connu cette époque, c'est-à-dire
entre 1926 et 1945.


Par le biai des Budo, pouvons-nous espérer assurer, chacun modestement à sa façon, la continuité d'un pan de cette culture multi-facettes ? La question mérite d'être posée.  Même si le
développement sportif des Art Martiaux a pu assurer leur survie et constitue à l'heure actuelle la majorité des pratiquants, la poursuite des Budo peut revêtir, même pour quelqu'un qui n'est pas
natif, un travail de recherche (aspect historique), un objectif à atteindre, un message à transmettre, dans toute sa complexité.


L'objectif est ambitieux, certes, mais n'est-il pas au centre des préoccupations de bon nombre de pratiquants, même de manière un peu confuse ? La transmission d'un art, quel qu'il soit, passe
automatiquement par les aspects culturels qu'il véhicule, ni plus ni moins que le savoir qu'il est sensé transmettre.


Longue vie aux Budo !


Merci à Léo pour les articles qu'il nous propose et les matières qu'il nous permet d'aborder.


Philippe


 



Léo Tamaki 14/04/2010 10:46



Bonjour Philippe,


 


Merci pour ton très sympathique commentaire.


 


Je ne sais si tu parlais du Shintoïsme, du nationalisme, ou des deux comme fondement de la pratique martiale, mais dans tous les cas c'est juste :D


 


Plus particulièrement sur le nationalisme il faut bien comprendre que c'est un élément récurrent et majeur chez la très large majorité des maîtres que j'ai rencontrés, toutes disciplines
confondues.


 


Merci pour ta réflexion.


 


Léo


 



Spiral 13/04/2010 17:43



  


lol


XD



Spiral 13/04/2010 13:00



K !


J'aime bcp le conte des oiseaux,  et il est vrai qu'on a du mal à voir son visage... sans un miroir...


Dans les survivants, le conte ne dis pas s'il n'y en a pas un qui s'est dit "ah ouais...tout ça  pour ça ?"


Leo-san, tu dis que Sasaki sensei est d'une humeur constante, c'est l'ensemble de sa qui pratique lui permet de vivre l'équanimité des sentiments ?


(Même avec le Sake hors champ, allez avoue... XD)


Amicalement,


Tangi


 



Léo Tamaki 13/04/2010 15:13



Ah mais il y a toujours des déçus, des gens qui râlent :D Cet oiseau aurait été français que je ne serai pas étonné d'ailleurs :-))))


 


Concernant Sasaki senseï je pense que son attitude est le résultat de la somme de ses pratiques. Et d'un peu de bière ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



oliv 13/04/2010 11:04




Une interview très intéressante je trouve sur des notions d’Aïkido  mise en relief par les traits culturels du Japon traditionnel


 


Je me rappelle souvent d’une interview  de Tamura Sensei qui développait l’idée que pour apprendre la pétanque c’est mieux de le faire à Marseille et que donc de connaître le
Japon et ces cultures aident à comprendre les notions d’Aiki


 


Derrière cette phrase d’humour  se trouve un message fort pour Moi


 


Mon expérience personnelle ne peut que aller dans ce sens, ayant eu des déclics de compréhension dans ma pratique part l’échange culturel


 


Sinon je ne veux pas rentrer dans une polémique sur la vision de Sasaki Masando
 , mais m’intéressant à la géopolitique de l’Archipel j’ai lu plusieurs fois que malgré les colonisations dures imposées par le Japon pendant la guerre, les pays occupés se
disaient heureux de l’être par un pays Asiatique  que par l’occident « principalement anglaise » et qu’a la suite de la guerre ces mêmes pays ont décidés et ont
trouvés la force de récupérer leurs indépendances grâce a cette impulsion


 


J’ai lu aussi que le Japon avait joué un rôle important sur l’indépendance de l Inde, en aidant le pays à se structurer face au Anglais…


 


De même, il est bizarre de ressentir la sympathie de pays tel que la Corée, Taiwan avec le peuple et la culture Japonaise quand on le compare avec l’ancienne génération française face aux
allemands…..


 


A lire une ancienne parution  du monde diplomatique sur le japon


http://boutique.monde-diplomatique.fr/boutique/fiche_produit.cfm?ref=MDV105&type=13&code_lg=lg_fr&num=3


 


Je pense aussi que les pays européen sont loin d’être blanc comme neige avec leurs histoires coloniales qui malgré l’indépendance des pays garde une forte présence politico financière …


 


Apres je comprends que l’on trouve discutable la vision nationaliste mais cette notion est un peu différente quand on connaît les Japonais et leur histoire d’insulaire…


 


Pour ma part je pense qu’il est important d’essayer de comprendre les motivations, les idées, les expériences et la vie d’un homme et étant loin d’être parfait je me refuse a juger de façon
catégorique …


 


ce qui m’empêche pas d’être libre de mes pensées tout  en  vivant en harmonie avec l’autre


 


Un peu comme un travail Uke & Tori qui s’harmonisent lors d’un wasa, en donnant une intention a son attaque mais sans bloque le travail de l’autre


 


Apres ce n’est que ma vision des choses, la liberté du cœur reste un choix personnel




Léo Tamaki 13/04/2010 15:20



En effet un des principaux intérêts de cet interview est la mise en lumière de l'Aïkido au regard de sa culture d'origine par quelqu'un de l'intérieur (pas simplement un japonais mais un prêtre
Shinto).


 


Concernant les pays occupés je peux tout de même te dire que j'ai rencontré un certains nombre de personnes originaires de ces pays qui ne se réjouissaient pas de cette période et en étaient même
traumatisés. La question est encore très douloureuse et il est très difficile d'avoir une opinion tranchée sur un sujet aussi complexe. Cela d'autant que le vécu et les sentiments sont aussi très
variables selon les pays qui ont été occupés.


 


Quand aux sentiments de l'ancienne génération de coréens face aux japonais je crois aussi que l'on touche un sujet très sensible. A titre personnel et d'après mes rencontres les français avaient
nettement moins de ressentiment envers les allemands que les coréens ou les chinois envers les japonais. Mais là encore nous ne comparons que des rencontres personnelles d'où il est difficile de
tirer une généralisation...


 


Enfin je te rejoins sur ta conclusion, gardons nous de juger de façon catégorique, surtout lorsqu'il s'agit d'évènements dont nous n'avons pas été témoins.


 


Léo


 



Spiral 13/04/2010 10:45



O !


Je suis un homme plein de  surprises et hélas parfois de contradictions ;-))


Blaguouze à part cela mérite éclaircissement, je crois je crois que je fais une distinction entre religion et spiritualité, la seconde me semble plus ouverte  sur une attitude du corps et de
l'esprit ds tous les domaines de sa vie. La première à pour moi des connotations liés plutôt négatives : le contrôle sur les autres, faites ce que je dis et pas ce que je fais, en dehors de ma
façon de pensre vous êtes ds l'erreur...


 Cela est réducteur et n'inclus pas tout le monde (heureusement pour mes collègues croyants ) je crois que je reste bloqué sur ce mot du fait
des exactions  malsaines de "braves"chrétiens;Vive l'obscurantisme  du Moyen-age.


(une vie antérieure pas réglée me titillerai que ça ne m'étonnerai même pas  !)


En fait mon propos était surtout  de dire que lorsque l'on enseigne il  me semble difficile d 'amener ce genre de considérations car psychologiquement cela peut être un
frein pour les partiquants et s'approprier une pratique. Un très bel exemple est celui d'Osensei qui n'a a priori jamais imposé ses pratiques tout en étant très exigent, un vrai maître spirituel
!


Voili voilou


Tangi



Léo Tamaki 13/04/2010 15:11



La frontière est souvent mince entre religion et spiritualité... Mais je vois ce que tu veux dire. D'autant que j'ai beaucoup de mal aussi avec les organisations religieuses qui trop souvent
pervertissent un message d'origine extrèmement riche.


 


Léo


 



davy 13/04/2010 03:46



En tout cas t'as l'air de bien te marrer ; les photos parlent d'elles mêmes  y'avait une bouteille de saké hors
champs ?!



Léo Tamaki 13/04/2010 10:25



Sasaki senseï est un homme d'une joie incomparable. Je ne l'ai jamais vu de mauvaise humeur. Et il n'y a eu de l'alcool que le soir :D


 


Léo


 



Farouk 13/04/2010 01:40



Salut Léo !


Encore un tres bel article !


Hormis le coté nationaliste, son approche personnel de la vie, des budo, et de son développement personnel me touche et me parle énormement. En plus d'être un maître, je n'ai aucun doute quand à
son chemin menant à sa réalisation. Mais je n'en dirais pas plus. Tout le monde ne peut pas être sensible à sa réalité. Ce qui est respectable et salutaire.


Quant aux désirs, il est vrai qu'il est essentiel dans sa vie de savoir se poser les bonnes questions.


Besoins ou désirs ? Besoins du corps physique ou désirs du corps mental (égo) ! Désir ou besoin d'avancer !


Laissons le soin à chacun de trouver sa réponse.


Chacun voit midi à sa porte ! Chacun a son son propre vécu, histoire et niveau de compréhension.


Encore merci Léo pour cet artcile.


Je vais le faire suivre à certain de mes amis !


Porte-toi bien


Amicalement


Farouk



Léo Tamaki 13/04/2010 10:59



Salut Farouk,


 


Merci pour la lecture ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



Blutack 12/04/2010 23:23



Il est surement nationaliste mais je ne comprends pas que vous soyez étonné de son assertion sur la victoire contre les russes. Si je me souviens bien mon prof d'histoire au lycée tenais le même
discours. Après tout c'était la première fois dans l'époque moderne qu'une armée "barbare" battait des occidentaux, je suis près à croire qu'à l'époque cela a crée  un précédent et donné
espoir à ceux qui faisait les frais de la colonisation.



Léo Tamaki 13/04/2010 10:59



Je pense que le point le plus discuté est son asertion selon laquelle le Japon aurait oeuvré pour l'indépendance des pays d'Asie avec la seconde guerre mondiale.


La victoire du Japon sur la Russie fut en effet remarquable compte tenu de l'état du pays quelques années auparavant.


 


Léo