Budo no Nayami

Kang Jong Lee, la voie de l'efficacité

2 Avril 2014 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #NAMT et Aïki Taïkaï

Le Hapkido est un art martial coréen partageant les mêmes racines que l'Aïkido à travers le Daïto ryu. En conclusion de son article "Le Hapkido, un pont entre Corée et Japon", David Constant écrit:

 

"… le Hapkido n’est plus un pur produit japonais, pas plus qu’il n’est un pur produit coréen. Il convient de noter que, du fait même de cette double filiation, de nombreux styles de Hapkido ont vu le jour, des écoles plus proches du Taekkyeon à la tendance pieds-poings plus marquée, aux autres qui préfèrent mettre l'emphase sur les clés d’articulation et les projections, donnant l’impression de suivre un cours d’Aïkijutsu japonais.

 

Le Hapkido, par sa simple existence, est un représentant moderne de ce processus d’échanges fructueux et d’appropriation culturelle, dans un contexte de relations contrariées, tel qu’il s’est produit de multiples fois au long des siècles de relations nippo-coréennes. Se départant des clivages politiques comme d’autres arts auparavant, telle la forge ou la poterie, le chant et la danse, il est un pont entre deux pays, entre deux peuples, et entre deux cultures martiales."

 

 

Kang-Jong-Lee-NAMT-et-AikiTaikai-2014.jpg

 

 

La recherche de l'efficacité

Le Hapkido est un cousin de l'Aïkido. Il se décline en de nombreuses écoles, mais a pour constante d'être axé sur l'efficacité en combat, contrairement à de nombreux courants de l'Aïkido où cette préoccupation est secondaire.

 

Voici ce que maître Kang Jong Lee dit sur le sujet dans son interview:

 

Quel est selon vous, le but de la pratique martiale?

Le but d'une pratique martiale est en premier lieu de pouvoir protéger son corps, le réceptacle de l'esprit. En second lieu, protéger sa famille. Enfin, protéger son pays. En certaines occasions, un noble idéal peut nous amener à changer l'ordre de ces préoccupations. Mais il s'agit fondamentalement de développer une capacité à protéger et se protéger.

 

Votre école se nomme Hapkimudo, pouvez-vous nous en parler un peu?

Le Hapkimudo est né du Hapkido. Mais mon maître et moi-même avons voulu mettre un accent particulier sur le réalisme dans la pratique. Notre objectif de base est la self-défense.

Je n'aime pas les comparaisons avec les autres disciplines. Qu'est-ce qui est mieux ou moins bien en Taekwondo? Qu'est-ce qui est mieux ou moins bien en Aïkido? Ce sont simplement des choses différentes. J'explique simplement ce sur quoi nous essayons de faire porter l'accent en Hapkimudo, c'est à dire une approche pragmatique du combat. Personnellement j'ai beaucoup de goût pour l'Aïkido et le Iaïdo. Ils sont l'incarnation d'un des points forts du Japon, la capacité à préserver leurs techniques et leur esprit. Il y a toutefois probablement une différence d'objectifs. Je n'ai pas le sentiment que le but premier de ces disciplines soit la self-défense.

Notre objectif est très ambitieux car, plus les autres disciplines progressent, plus nous devons évoluer. En un sens nous devons considérer toutes les pratiques martiales comme des adversaires potentiels. Pour pouvoir faire face à leur développement, nous devons être dans un processus de perfectionnement permanent.

 

 

Le Hapkimudo à la NAMT et au Taïkaï

 

Je suis très heureux que maître Lee ait accepté mon invitation. Il viendra bien entendu faire une démonstration à la NAMT, mais sera aussi au Taïkaï. Ce sera l'occasion pour les pratiquants d'Aïkido se posant des questions sur l'efficacité de leur discipline, de découvrir des réponses issues des mêmes racines.

 

 

NAMT 14

 

 

AIKITAIKAI 14

 

Partager cet article

Commenter cet article