Budo no Nayami

Kato Hiroshi shihan à Paris

27 Septembre 2011 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

C'est en 1954, à l'âge de 19 ans que Kato Hiroshi débute la pratique de l'Aïkido. Sans devenir uchi-deshi car il avait un emploi par ailleurs, il devient un des piliers du hombu dojo de l'Aïkikaï. Noro senseï m'expliquait récemment que Kato senseï passait son temps avec lui et les autres uchi-deshis, tant sur les tatamis que dans leurs chambres.

 

 

Leo14

 

 

Kato senseï fut un élève des plus dévoués et, en plus de suivre ses cours, il eut l'honneur de pouvoir accompagner Osenseï et le servir en maintes occasions.

 

 

Leo6

 

 

Kono senseï m'expliqua un jour que par le passé maître Kato était réputé pour la puissance et l'efficacité de son travail. Les années passant sa pratique s'est adoucie et son Aïkido est apprécié de nombreux pratiquants dans le monde entier.

 

 

Leo1

 

 

Suga Toshiro considère Kato senseï comme l'un de ses enseignants et a toujours un souvenir vivace de son travail. Il profitera de sa venue en France pour aller voir son sempaï. J'invite les pratiquants d'Aïkido de tous courants à faire de même et à ne pas manquer cette occasion exceptionnelle. Voici quelques lignes que j'écrivis à la mort de Nishiyama senseï:

 

 

Leo2

 

 

"Aujourd'hui les maîtres historiques, disciples des fondateurs des Budo, ne sont plus qu'une poignée. Je crois qu'il est important que les pratiquants passionnés luttent contre leur fainéantise et fassent le pas pour aller recevoir leur enseignement. Trop loin, trop cher, autre chose à faire, trop fatigué, trop de monde, la prochaine fois… Une fois les maîtres disparus il ne restera que la tristesse de s'être écouté.

 

Bien entendu le simple fait d'avoir côtoyé Ueshiba Moriheï ou Funakoshi Gichin ne suffit pas, loin de là, à faire un maître. En revanche ceux qui les ont côtoyés et sont devenus des maîtres ont vécu une expérience unique qu'ils peuvent, au moins partiellement, transmettre. C'est pourquoi je crois que chacun, s'il a la chance d'avoir l'un de ces géants dans sa discipline, doit faire les efforts nécessaires afin de recevoir son enseignement. Peut-être pas de façon exclusive si on suit déjà l'enseignement d'un maître plus jeune qui nous satisfait. Mais au moins occasionnellement. Je suis persuadé que lorsque ces maîtres seront depuis longtemps disparus c'est une chose que l'on ne regrettera pas d'avoir fait."

 

 

Leo11

 

 

kato hiroshi 1 octobre

 

Partager cet article

Commenter cet article

pelissier 02/10/2011 23:07



Cher Léo bonsoir, très très bon moment que celui passé ce jour au stage de Mtre Kato, un homme plus que remarquable avec beaucoup de gentillesse et de joie, cela dit
( et l'un n'empêche pas l'autre) il a vraiment une âme de guerrier, ses techniques sont très incisives et percutantes, une joie! pour finir, participants sympa, travail dans une bonne
ambiance...une exellente journée quoi; j'espère que votre amie est satisfaite.


message plus perso (pardon cher lèo) je compte partir 2 semaines m'entrainer au systema en décembre je pense, moscou ou toronto ? difficile de faire le choix, des
avis sur le sujet ?


profitez bien du soleil de valence,


bien à vous, jean philippe



Léo Tamaki 03/10/2011 10:23



Cher Jean-Philippe,


 


Je suis heureux que vous ayez passé un bon moment avec Kato senseï.


L'âme d'un guerrier en effet et il y a beaucoup d'anecdotes... ;-)


 


Je crois que tous, enseignant, organisateurs et participants sont repartis satisfaits et j'en suis heureux.


 


Concernant le Systéma je ne l'ai pas pratiqué et je n'ai visité aucune des deux villes aussi je serai vraiment embarassé pour vous donner une opinion :D


 


Amicalement,


 


Léo


 



Cyril 29/09/2011 00:28



Salut Léo,


Je me suis "amusé" à visionner quelques vidéos de Kato senseï sur le web (dont certaines ont une excellente résolution!!), et je trouve qu'il se dégage de cet homme une incroyable bonté. Partager
quelques heures avec lui au dojo doit être une expérience des plus riches!


Amicalement,


Cyril



Léo Tamaki 29/09/2011 00:46



Salut Cyril,


 


Tu as vu très juste, Kato senseï dégage quelque chose de très doux et de bon... même si à certains instants on sent poindre le guerrier derrière ses yeux plissés ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



ivan 28/09/2011 09:05



Bravo encore une fois Léo, car en faisant venir les derniers maîtres d'aïkido qui ont connus le fondateur, tu fais un véritable travail de mémoire, d'Histoire pourrait-on dire, et d'aide à la
transmission de l'esprit comme de la technique, tant que c'est encore possible. C'est une chance extraordinaire pour les parisiens et pour les français en général de pouvoir rencontrer de tels
hommes, même si ce n'est qu'une seule fois dans sa vie.


Profitez, regardez et gravez chaque geste pour les générations suivantes.


 



Léo Tamaki 28/09/2011 17:17



Salut Ivan,


 


Merci pour ton message, même si je ne fais cette fois-ci que donner un coup de main à Aki, une des élèves de Kato senseï. J'espère que les pratiquants seront nombreux à saisir la chance de
rencontrer un maître historique ;-)


 


Amicalement,


 


Léo