Budo no Nayami

Kono Yoshinori, la pratique martiale au service de l'art

3 Juin 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Art martial. Le mot art revêt bien sûr ici le sens de technique et non de recherche esthétique. Si une pratique martiale peut être appréciée pour l'élégance de la sobriété de ses gestes, il ne s'agit que d'une conséquence et non d'un but en soi. Il existe pourtant des liens entre les Budo/Bujutsu et les activités artistiques classiques, notamment la danse et la musique. Hino Akira et Kono Yoshinori sont les deux fers de lance de ce mouvement qui lie deux des plus anciennes activités humaines.


Kono-mai-09-109.jpg



Kono Yoshinori
Kono senseï est célèbre pour être régulièrement consulté par les sportifs professionnels des disciplines les plus diverses. Il a, grâce à sa subtile connaissance du corps humain issue de la pratique martiale, permis à nombre d'entre eux d'atteindre leur plus haut niveau en remettant en question leur entraînement traditionnel. Bien que son travail avec les artistes soit moins médiatisé, il n'y consacre pas moins une partie importante de son temps et donne notamment plusieurs séminaires mensuels à l'attention de musiciens et danseurs à Tokyo.

Ce soir-là le séminaire a lieu dans une célèbre école de musique à Shinjuku, au cœur de la capitale. Une quarantaine d'artistes professionnels sont présents. Certains sont des habitués tandis que d'autres rencontrent Kono senseï pour la première fois. L'ambiance est électrique et chacun attend avec impatience l'arrivée du plus célèbre maître d'arts martiaux de l'archipel.

Kono senseï débutera le stage par quelques exercices simples issus de la pratique martiale, montrant comment une modification de l'utilisation du corps augmente l'efficacité du geste. Il démontrera notamment comment le chemin qu'emprunte un membre jusqu'à une certaine position modifie la sensation dans la position finale et les muscles utilisés pour la conserver. Enseignement très important qu'il mettra en pratique peu après pour répondre aux questions de certains élèves.
Kono senseï démontra aussi comment aider à relever ou asseoir une personne impotente. A travers ces exercices et ceux issus de la pratique martiale il amena graduellement les participants à éveiller la sensibilité de leur corps et à leur faire prendre conscience de l'intérêt de l'utiliser dans sa globalité.



Kono Yoshinori art martial



La première question vint d'une joueuse de flûte. Il apparaît que les flutistes professionnels, comme la majorité des musiciens, souffrent de nombreuses pathologies dues à la pratique quotidienne de leur instrument. Ce soir là la flutiste expliqua souffrir de tensions dans le bras et l'épaule droits. Kono senseï observa le geste, réfléchit quelques instants, fit quelques mouvements dans le vide puis demanda à une élève de l'assister. Utilisant son jo comme une flûte il prit position, comme s'il allait jouer, et demanda à l'élève de mettre sa main sous son coude afin de supporter la majeure partie du bras. Il imita brièvement les mouvements puis demanda à l'élève de retirer son appui. Il laissa alors descendre son bras qui adopta une étrange position. Il expliqua alors:
"Avant de jouer vous êtes dans une position naturelle confortable. C'est à partir de cette position, idéale pour le repos en station debout que vous montez votre flûte. Vous devez faire l'inverse et trouver une position de jeu naturelle. En vous faisant aider de quelqu'un qui vous soutiendra le bras vous devez chercher une position confortable pour jouer. Lorsque votre aide enlèvera sa main vous devez conserver cette sensation lors du retour à la normale. Votre bras sera alors dans une position inadaptée à l'attente debout. Bien sûr vous pouvez corriger cela immédiatement mais il faut que vous conserviez cette sensation quelques instants. Répétez l'exercice régulièrement jusqu'à intégrer cette position confortable de jeu."
La flûtiste essaya et finit le séminaire enchantée.



Kono Yoshinori flûte



La question suivante vint d'une pianiste qui expliqua souffrir aussi de tensions, notamment lors de l'exécution de glissando, geste qui consiste à faire glisser le dos de la main sur chaque touche du piano dans sa longueur. Kono senseï l'observa, se fit expliquer la réalisation du mouvement, fit plusieurs essais puis réalisa plusieurs glissando.
Alors qu'il ne joue dans la vie quotidienne d'aucun instrument, les musiciens de l'assistance furent stupéfaits par la justesse de son exécution. Il démontra alors à la pianiste comment faire ce geste en utilisant le corps dans sa globalité au lieu de n'utiliser que le bras. Un problème récurrent dans les pratiques martiales.



Kono Yoshinori piano



Suivirent des questions posées par un joueur de batterie, un violoniste et… un professeur de danse hawaïenne. Chaque fois Kono senseï observa, analysa, testa et proposa une solution. Le voir confronté à des situations si variées auxquelles il répondait en utilisant sa connaissance intime du fonctionnement du corps humain acquise grâce à la pratique martiale fut aussi passionnant que distrayant.



Kono Yoshinori violon



L'instinct de survie est probablement le plus fort de ceux qui nous habitent. Il a donné naissance à la plus subtile des sciences du corps humain, la pratique martiale. Aujourd'hui les arts martiaux ne sont plus une question de survie. Ils n'en restent pas moins un réservoir inépuisable d'enseignements précieux. Grâce à des maîtres tels que Kono Yoshinori ou Hino Akira, l'activité humaine la plus destructrice est devenue une des sources de la plus créative. Un des plus beaux paradoxes de l'histoire humaine…


Kono Yoshinori donnera une série de

stages exceptionnels en Europe du 19 au 26 juin.


 

stage kono sensei juin 2010 herblay

 

Partager cet article

Commenter cet article

Blutack 09/06/2010 23:53



"comment le chemin qu'emprunte un membre jusqu'à une certaine position modifie la sensation dans la position
finale et les muscles utilisés pour la conserver"


Voilà qui est interressant ! Tu peux en dire un mot ?



Léo Tamaki 10/06/2010 13:42



Eh bien c'est assez simple, mets tes deux bras dans une position similaire au départ puis, en leur faisant emprunter un chemin différent, emmène-les à une position finale similaire. Tu
constateras que la sensation est différente en raison de l'utilisation de muscles différents ou de la différence de leur mouvement. Certaines positions permettent de sentir cela très clairement
tandis que d'autres n'amènent qu'une différence minime.


 


Léo


 



julien 04/06/2010 11:39



oh Léo tu es un poète! Tu es là Lundi?



Léo Tamaki 04/06/2010 15:25



Oui :D


 


Léo


 



ByakkoZ 04/06/2010 08:42



Très bel article qui donne encore plus envie de continuer la pratique et qui montre à quel point celle-ci est riche en tout point de vue.



Franchement, Léo, ça fait un bout de temps que je te lis, et à chacun de tes articles je suis toujours plus convaincu que ta démarche/recherche dans l'utilisation et la modification du corps
ainsi que le relachement (bon, tout semble lié) est la bonne et que des maitres tel que Akuzawa Sensei sont des trésors à découvrir.



Pour ma part je suis raide comme un piquet, tendu comme arc. J'ai l'impression d'être animé d'une tension permanente que j'essaie vraiment de faire disparaitre tout au long de la journée. Bon, je
ne désespère pas d'y arriver petit en prenant conscience des points durs et en essayant de les relacher:).
Et cette démarche c'est grâce à toi et à tes articles que je l'ai entreprise. En fait la lecture des tes articles me fait changer ma pratique et je suis de plus en plus enthousiaste à m'y
appliquer. Ca en devient presque une obsession.
Je n'ai pas le loisir de pratiquer souvent au dojo ces temps-ci, mais dans tous mes gestes quotidiens j'essaie de "m'obliger" à me relacher (s'obliger à se relacher, c'est un peu antagoniste
comme mot :D ).

Toujours est-il que des maîtres tel que kono sensei montre à quel point les AM sont transversaux et ne servent pas qu'a faire la guerre ou à donner des bourres pif. Ils sont aussi source de
création.




Encore merci à toi.




David



Léo Tamaki 04/06/2010 15:32



Bonjour David,


 


Oui la pratique martiale est une des activités humaines les plus riches lorsqu'elle sait s'ouvrir sur le monde.


 


En effet j'ai le sentiment que les maîtres que j'évoque sont des trésors et j'invite chacun à les rencontrer dans la mesure du possible. Leur influence se mesure même éloigné d'eux tant leur
enseignement est riche.


 


Le relâchement est un point essentiel de la pratique. Et il est nécessaire de passer par des phases de "lutte" consciente contre ses propres tensions. Mais tout travail porte ses fruits ;-)


 


La pratique au dojo est agréable mais loin d'être essentielle elle est véritablement un luxe. Le changement s'opère peu à peu à chaque instant de notre vie.


 


Très bonne pratique et merci pour la lecture,


 


Léo