Budo no Nayami

Le 9ème dan de Tamura senseï

7 Juillet 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Lors d'une interview que j'avais faite avec lui Tamura senseï expliquait pourquoi il avait refusé le 8ème dan:

Récemment Yamada senseï a écrit que vous aviez refusé le 9ème dan. Quelle en est la raison ?
Osenseï nous avait dit que l’Aïkido c’était jusqu’au 8ème dan. Que le 8 était la fin d’un cycle qui nous ramenait au départ. Le 8 au Japon a un sens positif, son idéogramme a une forme d’ouverture. Après lui on revient au départ. C’est ce qu’il nous avait dit. Et c’est ce que j’ai expliqué à mon tour. On m’a ensuite proposé le 9ème dan du Japon. Ca m’a mis dans une position inconfortable. (rires)
Je leur ai demandé de ne me le donner qu’à titre posthume. Malheureusement je les ai ainsi mis dans une position inconfortable à mon tour. Maintenant ils doivent faire patienter les pratiquants qui sont plus jeunes que moi et qui seraient sans doute heureux de devenir 9ème dan. Ils doivent se dire : "Pourquoi Tamura sempaï n’accepte-t-il pas ?"
Ce n’est évidemment pas un problème par rapport au Doshu. C’est juste qu’il m’est difficile de dire à mes élèves que ce genre de choses a changé maintenant qu’on m’offre le 9ème dan ! (rires)
Le Doshu est embêté et j’en suis vraiment gêné. Je voudrais vraiment qu’ils oublient cette affaire.



Tamura-Nobuyoshi-001.jpg



Ce n'est qu'à la fin de sa vie qu'Osenseï adopta le système des grades qu'avait créé Kano senseï. Il décida au départ de limiter les dans à huit car, comme l'explique Tamura senseï, ce chiffre a une forte signification symbolique au Japon. Toutefois les adeptes restent des hommes et il semble que ce soit pour des raisons politiques qu'il se résolut à donner des grades supérieurs jusqu'au dixième dan afin de distinguer certains de ses élèves les plus anciens et avancés tels que Shioda, Tomiki, Toheï, Sunadomari, Abe ou Hikitsuchi.
Tamura senseï a voulu rester fidèle à l'enseignement qu'il a reçu et j'estime que cela lui fait honneur. J'apprécie particulièrement le 8 pour ses symboliques positives et j'aurai aussi aimé que le système s'arrête là.



Ueshiba-Morihe-_09.jpg



Voici le lien vers un texte que Yamada senseï écrivit en janvier 2006. Il y aborde de façon très intéressante la question des grades et y évoque Tamura senseï.


Extrait:
"Par exemple, Tamura senseï était 4ème dan lorsque j'ai commencé l'Aïkido et nous avons maintenant le même grade. Et c'est évident pour chacun, moi y compris, qu'il y a une grande différence entre lui et moi. A ce propos, Tamura senseï a été récemment promu 9ème dan mais il a humblement refusé. J'ai le sentiment que j'aurai dû refuser ma promotion au 8ème dan."



Yamada Yoshimitsu 01



Note: Yamada senseï a débuté l'Aïkido en 1955. Tamura senseï obtint donc son grade de quatrième dan en deux ans. Bien que les grades aient été attribués de façon plus "libérale" dans le passé cela n'en reste pas moins la marque d'une aptitude remarquable dès ses débuts.


Partager cet article

Commenter cet article

Lucien 05/08/2010 17:37



Je voudrais rappeler cette phrase de Tamura sensei à propos des grades - de mémoire- «Ce n'est pas le grade qui fait l'homme mais l'homme qui fait le grade»



david 08/07/2010 18:45



Bonjour Leo,


j'ai lu que les grades traditionnels seraient hiérarchisé de la manière suivante:


-1er (shoshi-ho) et 2ème (shoshi) dans = apprenti guerrier
                                                                             
                    -stade SHU
-3ème (renshi-ho) et 4ème (renshi) dans = expert           


-5ème (tashi-ho) et 6ème (tashi) dans = homme et guerrier
                                                                                                 
 -stade HA
-7ème (kyoshi-ho) et 8ème (kyoshi) dans = maître éducateur


-9ème (hanshi-ho) et 10ème (hanshi) dans = maître de référence       -stade LI


 


Ce que j'ai lu parlait du karaté mais je pense que c'est valable pour les autres budos.


Confirmez-vous ce type de graduation?


Personnellement le terme apprenti guerrier pour le 1er et 2ème dan me choque un peu...


Salutations respectueuses.



Léo Tamaki 10/07/2010 21:26



Bonjour David,


 


Je ne connais pas cette classification et il me semble très aléatoire de vouloir faire correspondre tant de systèmes si diférents. Ce tableau n'a sans doute été créé qu'à titre d'information.


 


Salutations,


 


Léo


 



Tom 08/07/2010 17:21



Salut Léo,


Les grades sont un écueil pour tous, pratiquants et professeurs... C'est un grand paradoxe, car le grade se "matérialise" sur des notions plus ou moins abstraites et subjectives...
Et aujourd'hui, les grades doivent en plus être présentés devant un jury qui ne peut pas suivre à long terme la progression des élèves... Y a-t'il encore un sens à tout cela?


Amitiés,


Tom



Léo Tamaki 10/07/2010 21:27



Salut Tom,


 


Ah il est clair qu'à part être en accord avec les lois le sens a aussi de plus en plus tendance à m'échapper.


 


Amicalement,


 


Léo


 



zuljin 08/07/2010 16:42



Bonjour.


 


Ce post me rappelle une histoire qu'on m'avait conté il y a des années. Etant donné ta culture à ce sujet, tu devrais pouvoir la confirmer ou l'infirmer.


Est-il vrai qu'une personne de nationalité japonaise qui atteint le 9ème dan (quelle que soit la discipline pratiquée) est considéré comme "trésor national" et qu'elle doit par conséquent vivre
au Japon (tout en ayant le droit de voyager dans une certaine mesure) ?


 


Si c'est faux, je m'excuse d'avance.


Cordialement.



Léo Tamaki 10/07/2010 21:24



Bonjour Zuljin,


 


Non il s'agit à ma connaissance d'une légende urbaine. Il y a je crois des titres de trésors culturels intangibles décernés par les régions mais je n'ai jamais creusé le sujet pour être sincère.


 


Cordialement,


 


Léo


 



Ze Duke 08/07/2010 11:18



Bonjour,


 


Le 4ième Dan avait-il un sens particulier à cette époque ?


ZD 



Léo Tamaki 08/07/2010 11:42



Bonjour ZD,


 


A ma connaissance il n'y avait pas de signification particulière pour le quatrième dan. Il y a quelques années c'était simplement un pré-requis de l'Aïkikaï afin d'établir un dojo indépendant.


 


Les dans sont un problème car ils sont une création moderne d'une culture différente. Leur place dans les arts martiaux est donc assez compliquée. Sanctionnent-ils une progression personnelle?
Des capacités objectivables? Je crois qu'ils ne peuvent avoir de sens qu'à l'intérieur d'un groupe pratiquant la même discipline et partageant les mêmes valeurs. Groupe qu'il est très difficile
de définir... C'est à mon avis pourquoi l'Aïkikaï est très souple quand à la façon dont ses maîtres octroient les grades.


 


Pour terminer il faut savoir qu'aux débuts de l'Aïkido les grades étaient distribués de façon assez libérale. Il n'y avait pas d'âge ou de durée de pratique minimums. Les premiers élèves
importants du Fondateur ont donc pour la plupart sauté des dans et obtenu les 4, 5 ou même 6ème dan en quelques années. Je pense que leur entraînement était extrèmement intense et qu'ils étaient
très doués mais les choses ne se passeraient plus ainsi aujourd'hui. C'est par ailleurs un état de fait qui a eu lieu dans toutes les disciplines aux époques héroïques.


 


Là encore ce n'était possible que parce qu'il existait une autorité, le Fondateur, dont la décision ne pouvait être remise en cause.


 


Léo


 



Spiral 08/07/2010 08:45



Glop Glop !


Il est de plus en plus évident que le grade n'a pas tjs la valeur technique ET "morale" uq'il est censé représenter pour celui ou celle qui le porte : les hommes on en effet besion d'etre
reconnus, d'exister meme si c'es par des articifices....pas glop !


Noblesse d'Ame de Tamura sensei, humilité de Yamada, j'apprécie bcp, glop glop !


Le huit aurait il , au japon, une corrélation avec l'infini, d'oula phrase de Tamura sensei qui dit qu'on revient au début ?


Glop Glop,


Tangi



Léo Tamaki 08/07/2010 11:44



Bonjour Tangi,


 


Oui il est triste de constater que les grades sont devenus des objectifs en soi et qu'ils ne sont plus simplement un moyen de connaître l'état de sa progression grâce au jugement avisé de son
maître.


 


Le huit au Japon a une signification positive notamment grâce à la façon dont il s'écrit et qui rappelle un chemin s'élargissant. C'est donc une idée de développement qui est surtout présente.


 


Léo