Budo no Nayami

Cérémonie à Bras en l'honneur de Tamura senseï

6 Septembre 2010 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Samedi 4 septembre a eu lieu à Bras une cérémonie en l'honneur de Tamura senseï. L'installation avait commencée tranquillement vendredi et s'était poursuivie samedi matin, les premiers arrivant prêtant main forte à ceux qui avaient passé la nuit sur place.

 

 

img 0295 net

(photo Bruno Germain)

 

BRAS-10 0328

BRAS-10 0329

BRAS-10 0330

BRAS-10 0331

BRAS-10 0333

BRAS-10 0334

BRAS-10 0335

BRAS-10 0336

BRAS-10 0338

BRAS-10 0341

 

 

Peu à peu Bras se préparait à l'arrivée massive d'Aïkidokas de tous pays et c'est avec un pincement au cœur que je me dis qu'il avait fallu la disparition du maître pour qu'un tel rassemblement ait lieu. Bien entendu le Shumeïkan n'a jamais eu vocation à être un lieu d'enseignement de masse, bien entendu le dojo recevait la visite de nombreux pratiquants. Pourtant combien de personnes ai-je entendu hier regretter de ne pas être venues alors que senseï était encore vivant…

 

 

BRAS-10 0344

 

 

C'est peu après 15h30 que débuta l'hommage par une cérémonie bouddhiste où fut récité le Hannya shin gyo. Des premiers élèves de maître Tamura au consul du Japon en passant par les cadres de son courant, les représentants des autres écoles et les humbles pratiquants, ce sont plus d'un millier de personnes venues du monde entier qui étaient réunies autour de madame Tamura et de la sœur et du neveu de senseï. Brève liste non exhaustive dans le désordre:
Stéphane Bénédetti, René VDB, Jacques Bonnemaison, Daniel Toutain, Jacques Bardet, Odile Noro, Maxime Delhomme, Pascal Heydacker, Gilbert Millat, Ahmed Si Guesmi, Brahim Si Guesmi, Wamiko Adachi, Robert Le Vour'ch, Claude Péllerin, Christian Gayetti, etc…

 

 

BRAS-10 0345

BRAS-10 0349

img 0318 net

(photo Bruno Germain)

 

 

Une fois l'office religieux auquel fut associé Sugano senseï terminé, quelques discours rendirent hommage à Tamura senseï. Les deux derniers furent ceux de la sœur cadette de maître Tamura puis de son épouse. En voici la traduction personnelle que j'ai réalisée sur la base d'un enregistrement audio de mauvaise qualité. Je désirais partager ces instants qui me bouleversèrent au risque de quelques erreurs que je vous prie de bien vouloir excuser.

 


Paroles de la sœur cadette de Tamura senseï:

"Bonjour,

Je suis la petite sœur de Tamura Nobuyoshi. Merci d'avoir été si nombreux à vous être rassemblés pour lui. Je pense que mon frère se réjouit de tous vous revoir.
Mon grand frère a vécu plus longtemps en France qu'au Japon. Il a eu la chance que beaucoup viennent recevoir son enseignement et je vous remercie du plus profond de mon cœur. La vie de mon frère aîné a été guidée par l'Aïkido, le cœur du Budo qu'il étudia auprès de son fondateur, Ueshiba Moriheï. Mon époux dit un jour en observant un élève de mon frère que c'était des français que les japonais apprenaient l'Aïkido, l'esprit du Bushido japonais et je crois que mon frère fut heureux d'entendre ces paroles. Je crois qu'il aurait voulu pratiquer encore longtemps.
Le 9 juillet en France, le 10 à l'heure japonaise, cela faisait exactement soixante-deux ans que notre père était décédé. Mon père enseignait le Kendo. Mon frère enseignait l'Aïkido. Tous deux suivirent la voie du Budo et tous deux disparurent à la même date. Ayant perdu mon père très jeune, Nobuyoshi était pour moi un frère aîné mais aussi un père. J'aurai voulu qu'il vive encore longtemps.
Je vous confie Rumiko, ma sœur aînée et les trois enfants qu'il a laissés derrière lui."

 

 

BRAS-10 0353

La soeur cadette de Tamura senseï s'inclinant pour saluer son frère avant de prendre la parole

 

 

Paroles de madame Tamura:

"Beaucoup d'entre vous ont eu la gentillesse de venir aujourd'hui et je vous en remercie profondément. En réalité j'aurai dû prendre le temps de préparer un discours mais j'ai été prise par diverses tâches et comme souvent je vous prie de m'excuser.
Durant la maladie et après sa disparition nous avons reçu des messages d'encouragement puis de condoléances du monde entier qui nous ont profondément émus.
Par ces mots de réconfort de tant de personnes j'ai ressenti que mon mari et moi qui avons vécu dans le milieu de l'Aïkido avions une grande famille dans le monde. Nous avons ressenti que nous avions énormément d'amis et cela nous a emplis de bonheur. Je vous remercie du fond du cœur.
Lorsque j'y pense cela fait 46 ans depuis 1964 que nous sommes ensembles et cela a vraiment été un quotidien rempli de joie. Ce furent vraiment des jours heureux et je pense que c'est en grande partie grâce à l'Aïkido.
J'espère que mon mari a aussi ressenti les choses de cette façon mais je vous laisse le deviner. Nous avons été si heureux que jamais je n'aurai imaginé qu'un tel jour viendrait mais il me reste tant de souvenirs incroyables.
Parmi les élèves de l'Aïkido je crois que j'étais probablement la moins sérieuse mais je me promets de vous revoir encore sur les tatamis.
Je vous remercie infiniment pour cette journée. Il y a encore tant de choses que je voudrais vous dire mais nous nous retrouverons sur les tatamis.
Merci du fond du cœur."

 

 

La cérémonie terminée les invités se dispersèrent, partageant un verre en se remémorant les instants passés auprès de senseï, visitant le dojo où il enseigna si souvent, observant sa technique sur l'écran qui avait été placé dans la grande salle adjacente…

 

 

BRAS-10 0360

 

 

Après avoir échangé quelques mots avec des pratiquants j'ai eu le plaisir de passer un moment privilégié aux côtés de René VDB, Stéphane Bénédetti, Daniel Toutain et Mickaël chez Jean-Pierre Delarue. Puis, alors que Daniel et Mickaël nous quittaient, c'est Toshiro Suga, Corinne Masson, César et une de ses élèves qui nous rejoignirent pour un dîner qui se terminât tard dans la nuit. La journée avait été longue mais l'émotion avait été au rendez-vous et l'amitié et le souvenir avaient pris le dessus sur les divergences sous l'œil de senseï…

 

 

BRAS-10 0325

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Cati Burnot-Bellassée 20/10/2010 19:14



merci...


Je suis partie m'installer au Sénégal il y a un an maintenant.


Par le biais de vos photos, de vos commentaires, vous m'avez offert un bout de l'émotion qui m'a tant manquée : j'aurais aimé être là...


Cela ne m'empêchera pas de revenir aux cours dès que je serais de passage en France.


Vous êtes sensible comme un samouraï



Léo Tamaki 20/10/2010 22:55



Bonsoir Cati,


 


Merci pour votre mail. Je suis certain que pour Tamura senseï l'essentiel est que chacun continue à persévérer sur la voie qu'il a cherché à transmettre sa vie durant...


 


Léo


 



Nicolas 11/09/2010 18:17



Bonjour Léo,
Merci pour ce témoignage. J'ai eu la chance de pouvoir venir à Bras ce jour là. La cérémonie, quoique courte (on auait aimer entendre tellement plus de témoignages) était émouvante et receuillie.
Il y avait beaucoup de pratiquants, et l'Aikido était comme une grande famille unie autour de son Sensei.
C'était la première fois que je me rendais à Shumeikan et j'ai, ce jour là, beaucoup regretté de ne pas être venu auparavant pour pratiquer avec Sensei.
Merci pour la richesse de ton blog.
Amicalement
A bientot



Léo Tamaki 12/09/2010 11:39



Bonjour Nicolas,


 


Je crois malheureusement que tu ne fus pas le seul avec ce sentiment. C'est une leçon de plus que nous offre senseï, ne jamais laisser passer la chance de faire quelque chose, même si cela
nécessite quelques efforts...


 


Merci pour la lecture.


 


Amicalement,


 


Léo


 



ys 11/09/2010 12:13



merci Leo pour cette lecture,ainsi que  pour l'hommage du numero special été de Samourai sur N.Tamura .



Léo Tamaki 11/09/2010 14:15



Merci pour la lecture,


 


Léo


 



Guillaume Duroux 10/09/2010 15:14



Merci encore Leo pour partager ces momments avec ceux qui n'ont pas pu y assister.


 



Léo Tamaki 11/09/2010 11:06



Pas de quoi, c'est le moins que je pouvais faire.


 


Léo


 



Jean-Charles 08/09/2010 15:40



Bonjour Léo,


Je n'étais pas à la céremonie mais Sannois était représenté par Guillaume et Claude pour qui le départ de Senseï est une epreuve difficile, eux qui le suivaient depuis tant de temps. En
lisant les articles et les commentaires je me rends compte de la trés grande chance que nous avons eue grâce à eux de faire nos trois stage d'une semaine à Bras et de partager des moments
privilégiés avec Senseï sur et en dehors du tatami, nous qui ne pratiquons que depuis 5 cinq.


Merci pour ton article qui nous permet de nous associer par l'esprit à cette cérémonie.


A bientôt - Jean-Charles


  



Léo Tamaki 08/09/2010 15:44



Bonjour Jean-Charles,


 


J'ai eu en effet le plaisir de croiser Guillaume et Sylvie samedi. Vous avez en effet eu beaucoup de chance de pratiquer dans des conditions privilégiées auprès de senseï et je suis certain que
le souvenir de ces instants vous guidera encore longtemps.


 


A bientôt,


 


Léo


 



Fabien 08/09/2010 01:37



Encore une fois merci. Je ne sais pas si c'est vraiment approprié mais bon ... toutes mes tardives condoléances.


A bientôt



Léo Tamaki 08/09/2010 12:31



Merci pour la lecture.


 


Léo


 



David (aïkido St Prix) 07/09/2010 12:43



Bonjour Léo,


je suis ton blog avec intèret depuis ses débuts mais sans jamais poster de commentaire (trop timide surement^^), je profite
de ce poste pour exprimer comme beaucoup l'on déjà fait mes sincères condoléances pour la famille, les proches et aussi les élèves de maître Tamura. Cette nouvelle ma beaucoup attristé et je suis
heureux d'avoir pratiqué auprès de lui lors de ses stages sur Paris.


Cette année et bien d'autres seront placées sous le signe de son regard bienveillant sur nous, j'en suis sur.


A bientôt Léo.



Léo Tamaki 08/09/2010 12:31



Bonjour David,


 


Merci pour ton message.


 


Bonne pratique et bonne rentrée,


 


Léo


 



Francesca 07/09/2010 10:20



Merci pour cet article, Léo. Merci de nous tenir informés.


Martialement,


Francesca



Léo Tamaki 07/09/2010 10:36



Merci pour la lecture ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



Eric Grousilliat 07/09/2010 02:42



Merci pour le témouignage...je regrette de ne pas avoir pu être des votres.


Eric



Léo Tamaki 07/09/2010 08:13



Merci pour la lecture Eric. Je suis certain que tes pensées étaient tournées vers senseï et c'est bien là l'essentiel.


 


Léo


 



Noël 06/09/2010 21:07



Merci pour ce superbe témoignage. D'autant plus bouleversant pour ce qui me concerne que, aïkidoka au club de Plouzané où enseignait Jean-Yves Le Vourch, j'ai assisté à ses obsèques à quelques
pas de Maître Tamura. C'est la dernière fois que je l'ai vu.


Amitiés


Noël



Léo Tamaki 07/09/2010 08:16



Merci pour la lecture.


 


Quelle tristesse de lire les conditions dans lesquelles tu as vu Tamura senseï pour la dernière fois... Mais cela montre à quel point il était proche de ses élèves, la relation de coeur qu'il
entretenait avec certains d'entre eux, bien au-delà de l'enseignement technique.


 


Amicalement,


 


Léo