Budo no Nayami

Septembre 08, Hino senseï à Herblay

16 Février 2009 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Février 2009

De nombreuses photos avaient été prises lors de la dernière venue de Hino senseï à Paris. J'avais prévu de les utiliser afin de faire un compte-rendu du stage mais le temps a passé sans que je m'en occupe et senseï revient déjà en France. Mieux valant tard que jamais voici le récit des choses qui me reviennent à l'esprit en les regardant. (Partie 2) (Partie 1 ici)

Lundi 29 septembre 2008
Nous avons commencé par un exercice dont la forme est relativement proche du Push hands du Taï Chi. Paume contre paume avec un partenaire, les mains à l'horizontale, le travail consistait toutefois non pas à dévier la force mais à s'harmoniser complètement, l'annuler en donnant l'impression au partenaire qu'il n'avait aucune contrainte.




Nous sommes ensuite passés à un travail contre jodan tsuki, coup de poing au visage. En position naturelle, shizen taï, tori attend la frappe. Lorsqu'elle arrive à distance de bras il lève ses deux bras en extension, joints paume contre paume. Exécuté dans le temps cela dévie très efficacement l'attaque et permet de prendre le contrôle du centre du partenaire.




Là c'est clair Isseï va en prendre une :D!

Bon bah ça sera pour la prochaine fois... :-(



Face à une attaque réalisée correctement et avec intensité l'exercice devenait assez difficile mais prenait tout son intérêt. Le travail du uke s'enrichit encore plus lorsqu'il esquivait dans le mouvement d'attaque lorsqu'il était pris par le mouvement de tori. Cela rejoignait alors ce que Hino senseï avait montré avec Isseï chez Brahim le vendredi. Le uke n'est plus alors une victime qui persiste dans une attaque vouée à l'échec. Situation malheureusement trop courante dans les pratiques martiales où les uke ont pour rôle de s'obstiner dans une situation sans issue.





A défaut d'Isseï je vais me faire Julien Coup...


L'exercice évolua ensuite avec le passage de la prise de centre à une projection.


Notez le simple contact, sans saisie.


Notez la projection droit vers le sol (mes cheveux en font une chandelle :D).


Le travail de projection était aussi très intéressant et correspondait parfaitement à ma recherche. Non pas un travail de leviers mais une utilisation du vide avec une véritable "disparition" du corps de tori qui amenait uke à la chute. A tel point que Hino senseï me projeta finalement sans contact dans une technique proche de l'Aïkinage de l'Aïkido.




La technique effectuée correctement était très directe et ne laissait pas normalement de possibilité de chute "roulée" vers lavant. Travailler avec Isseï fut très intéressant à ce niveau car il me plantait littéralement dans le sol et le travail de uke devenait très intéressant. Soit la chute se faisait en rotation en l'air et sur place comme Isseï le faisait, soit par une réception de face comme je la faisais.




Isseï tente une attaque en douce...

La compagne et assistante de Hino senseï qui pratiquait déjà avec lui à l'époque où les combats dans son dojo s'effectuaient sans AUCUNES règles.


La série d'exercices suivants concernait la "disparition". La main du uke sur la carotide, tori devait disparaître avant que celui-ci ait pu couper.
Cet exercice nécessitait d'une part de ne faire aucun appel, d'autre part d'utiliser l'ensemble du corps en "soustraction" avec un relâchement soudain du corps.






L'exercice suivant consistait à déséquilibrer uke en position de jodan tsuki par un relâchement quasi imperceptible.



Senseï avec Guillaume Colonge et Julien Coup.




Finalement Hino senseï termina le cours en faisant travailler la redirection de force sur une saisie ryote dori, deux poignets, dans une forme debout rappelant les Kokyu-ho de l'Aïkido ou l'Aïkiage du Daïto-ryu.



Les seules photos qui ne sont pas de Sébastien Chaventon puisqu'il m'essore les poignets :D


Il finit en absorbant la force jusqu'au point de déséquilibre avant de projeter le partenaire.




Le cours se termina par une séance de questions réponses durant lesquelles Hino senseï aborda notamment la question de la marche.






Il était très intéressant de noter que sa marche, bien qu'insistant sur la légèreté, était différente de celle de Kono senseï par exemple. Il s'agissait d'une marche avec déroulement du pied dans une sorte de chute vers l'avant. Mais il faut bien comprendre ici vers l'avant à l'horizontale, et non vers l'avant en diagonale vers le bas…




Attention, le stage des 28 février et 1er mars de Hino senseï est déjà rempli à plus de la moitié. Ne tardez pas à vous inscrire si vous êtes intéressé.





Toutes les photos sont de Sébastien Chaventon.


Partager cet article

Commenter cet article

Bruno 18/02/2009 13:24

Ahh!Tu nous mets la pression!! je ne pourrai venir que le dimanche matin! j'espere que ca ne sera pas complet !Sympa le compte rendu, ca donne envie, d'autant que j'ai reconnu quelques têtes parmis les participants!A Bientôt!Bruno

Léo Tamaki 18/02/2009 16:21



Pour toi il y aura toujours de la place Bruno, tu le sais bien :D

Amicalement,

Léo



benoi 17/02/2009 16:03

Bonjour Léo et les autres. Shotokan , si je puis me permettre: j'ai l'impression que la version aiki de ce que tu décris est encore légérement autre chose que ce qui est décrit dans cet article. maintenant je peux très bien me tromper. Léo, je ne pourrai pas être de la partie dans ce stage ayant lieu très prochainement, mais ce travail en soustraction me semble à vue d'oeil pouvoir m'intéresser: en plus je ne serais pas étonné de remarquer que ce genre de travail en soustraction économise davantage les disques du bas du dos de Tori , non? amicalementBenoit

Léo Tamaki 18/02/2009 16:19



Salut Benoît,

Je n'aime pas beaucoup l'expression "travail en soustraction" bien que je n'ai rien de mieux à proposer :D
Je trouve cela trop limitatif.
Sinon bien sûr c'est un travail qui préserve bien plus le corps que les pratiques que l'on voit aujourd'hui...

Amicalement,

Léo



franck cengizalp 17/02/2009 02:10

Bonjour Léo, C'est pour  te dire  simplement que  je ne pourrai pas assister  au séminaire de Hino Sensei  à fin Février. Cause  blessure  au  pied gauche  qui m'empêche  de m'appuyer dessus. Je  suis  vraiment navré  de rater cette occasion. Puis-je me permettre de te  demander  de m'excuser auprès  de Hino sensei? Arigatou gozaimashita.Franckhttp://www.sanbokyodan.com 

Léo Tamaki 17/02/2009 11:08


Bonjour Franck,

Je n'y manquerai pas.

Bon rétablissement,

Léo


Matthieu 16/02/2009 20:21






Merci pour ce compte rendu, cela permet de garder une sorte de contact avec l'enseignement d'Hino sensei.Même si cela accroît un peu mon désarroi de ne pouvoir venir en mars (merci pour l'invitation du vendredi, mais cela ne chance rien à mon impossibilité de venir, ce n'est pas une question de disponibilité mais de moyen...), ces comptes rendus me sont très précieux (surtout venant de toi).

Cet effacement du corps me rappelle la façon dont Aurore décrit le koshi nage de Tamura Sensei, je n'ai jamais douté que ce « vide » faisait partie de son enseignement

Le « vide » me semble en effet un point important dans les arts martiaux et la culture japonaise. Cela me rappelle Toshiro cet été : «  vous les occidentaux, vous pouvez pas comprendre ce que c'est que disparaître (ou faire le vide), il y a un problème avec votre égo... », c'était la première fois que j'assistais à un des ces cours et cette différence « ethnique » qu'il remet souvent sur le tapis, peut déranger (pas moi puisque je suis revenu;). Plus tard , en étudiant « le sens de l'espace au Japon »(un livre passionnant), j'ai compris (à mon petit niveau) cette différence concernant la question de vide ou de l'espace (en même temps que la faiblesse de la langue française pour exprimer ces chose intéressante). Et en effet, Toshiro avait bien raison, pour les occidentaux, c'est un peu difficile...(mais maintenant je sais pourquoi ,je ne vais pas vous raconter le bouquin...)

Cette notion me passionne et comprendre son étendue exalte ma soif de connaissance (elle est LE lien) pour tout un tas de domaine.

Participer à un stage d'Hino sensei m'a donné tellement à réfléchir, et m'a tellement marqué que ces simples comptes rendus m'offre un beau prolongement de stage.

Je ne pense pouvoir effectuer qu'un seul « grand stage » cette année et je pensais attendre Kono (pour voir s'il me marque autant qu'Hino sensei) viendra-t-il cette année?? (sinon je viendrai en septembre!)

Merci pour ton travail et ta générosité

Amicalement

Léo Tamaki 17/02/2009 11:13



Salut Matthieu,

Effectivement le vide est pour moi l'essence de la pratique des maîtres qui m'intéressent et au coeur de ma recherche.
Concernant Suga senseï il insiste en effet sur les différences d'approches. Si cela amène parfois des éclairages intéressants il le fait parfois de façon abrupte en effet.

J'ai vu Kono senseï hier et normalement il devrait venir en mai. Rien de définitivement confirmé toutefois pour l'instant. Je psterai les nouvelles ici.

Amicalement,

Léo



Shotokan 16/02/2009 13:46

Bonjour Leo!Interessant de lire tes compte-rendus de stages avec Hino sensei. Je me rend compte encore plus de ce que je rate .Surtout que le prochain je ne serai pas non plus de la partie car stage de ligue. Mais bon apparement Kono sensei ferait un déplacement donc je m'arrangerai cette fois-ci pour en être.Sinon cette pratique des mains jointes en avant pour dévier un jodan tsuki me rappelle un stage de karaté avec Marc Zehrat, godan de Ohshima sensei, qui pratiquait le même exercice. Il avait appris cela de Christian Tissier. Comme  quoi les principes du Budo sont les mêmes partout.Je note aussi ta recherche sur l'effacement du corps et la création du vide. Extrèmement interessant. J'essaye également de pratiquer sur cette voie, avec difficultés certes; on oublie pas si  facilement la longue pratique du Shotokan . Allez je retourne à mes moutons.J'interviens un peu moins souvent sur ton site par faute de temps mais je lis toujours tes articles avec beaucoup d'interet et chapeau à ceux concernant le karaté. J'ai pu approfondir ce dont j'avais déjà lu.Bonne continuation et bonjour de ma part à Issei et Genji.Amicalement

Léo Tamaki 17/02/2009 11:16



Bonjour Shotokan,

Merci pour la lecture :D

Pour Kono senseï rien de définitif mais c'est en bonne voie.

Très bonne pratique.

Amicalement,

Léo