Budo no Nayami

Aïkido Journal n°51, Hors-série Aïkido n°5

10 Septembre 2014 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

L'AïkidoJournal n°51 vient de sortir, et le Hors-série Aïkido n°5 est encore dans les kiosques pour quelques semaines. Deux magazines avec leurs qualités et leurs défauts auxquels je suis heureux de participer.

 

 

Aïkido Journal et Hors série Aïkido

 

 

Aïkido Journal n°51

Aïkido Journal est un magazine qui existe en version allemande et française. La version d'outre-Rhin vient de fêter ses vingt ans (dix-sept pour la française), et c'est un véritable achèvement lorsque l'on sait les difficultés auxquelles un tel projet est confronté.

J'ai écrit deux brefs texte pour ce numéro. L'un expliquant pourquoi j'estime qu'Aïkido Journal est indispensable, l'autre évoquant le Shoshin dont vous pouvez trouver le début ici.

 

Même si Horst a la générosité de mettre une grande partie du contenu du magazine en ligne après quelque temps, je vous invite si vous en avez les moyens à vous abonner afin de soutenir son action.

 

 

Aikidojournal 51

 

 

Hors-série Aïkido n°5

Bien plus modestement, c'est l'anniversaire de sa première année qu'a fêté Hors-série Aïkido. Ce numéro aborde le travail en solitaire, et j'ai beaucoup apprécié les textes de ses contributeurs. Point de détails techniques car je considère qu'il ne peut y avoir de transmission sérieuse sans rencontre, et que je me refuse à faire des "cahiers techniques", mais de nombreux témoignages sur l'importance de cette pratique, et des pistes pour l'aborder.

 

La pratique solitaire est un sujet méconnu en Aïkido. Bien trop rare, elle est à mon avis essentielle comme le montre l'opinion de tous les experts qui se sont exprimés, quel que soit leur courant. Surtout, elle permet comme le dit Philippe Grangé, de passer du statut d'élève à celui d'adepte.

 

Au sommaire de ce cinquième numéro:

 

"La pratique personnelle dans l'enseignement de Kobayashi senseï", par André Cognard

"L'entraînement personnel en Aïkido", par Daniel Toutain

"Le polissage de mille jours", par David Constant

"La victoire sur soi-même" et "Entrer dans le monde de la sensation", par François Frey

"Santé et pratique solitaire", par Germain Chamot

"Le travail solitaire ou en solitaire", par Jaff Raji

"L'entretien des équipements", par Jordy Delage

"Aïkido, entraînement personnel", par Luc Bouchareu

"L'école Itsuo Tsuda, rencontre avec la respiration", par Régis Soavi

"Micheline Vaillant Tissier, porte-drapeau de l'Aïkido au féminin", par Léo Tamaki

"La Pshiitt analyse", par Olivier Gaurin

"La pratique en solitaire, du statut de simple élève à celui d'adepte", par Philippe Grangé

 

 

 

Hors série Dragon Aïkido 5

 

Partager cet article

Commenter cet article

Jérôme Amzallag 10/10/2014 02:45


Bonjour Léo, je pense souvent à mon séjour au Japon en 1999 et à ta grande hospitalité. Egalement, je me souviens de toi, quasi-débutant, assis dans les vestiaires avec un livre à la main. Tu as
parcouru un sacré chemin depuis. Je t'espère heureux dans la voie qui est la tienne. Eloigné depuis quelques années de l'Aïkido, je suis tombé sur un numéro de Dragon Magazine et je l'ai acheté
!! Quelle surprise. Voici mon commentaire :


 


Je suis tellement choqué à la lecture de cette revue spécial Aïkido n°5 ( je n'ai pas lu les autres) que les bras m'en tombent à chaque suburi. Une caresse dans le sens des méridiens :
impossible. Quelques points d'acupuncture pour soulager mon désespoir: non plus. Il ne reste que le bokken de Newton en chute libre pour m'assommer. Je préfère à cela, la critique, même si elle
n'est pas constructive et que parait-il, c'est une onde négative qui se propage et qui nous revient en pleine gueule. Quelle image donne de l'Aïkido ce numéro : une revue bourrée de fautes
d'orthographe (en Aïkido, on ne met pas de coquilles alors pourquoi on en trouve tant ici), de non-ponctuation, d'intervenants inintéressants (veuillez m'excuser de mes propos mais quand c'est
trop, c'est trop) et pour finir, la photo d'une pratiquante avec un drap blanc froissé en toile de fond (peu mieux faire). Comment laisser encore intervenir un Jacques Bonnemaison ? Pompeux,
pédant et tant condescendant pour un résultat médiocre…. « Le must » est l'histoire de la canette avec 2n. Il ne faut pas longtemps pour savoir ce qu'il y a dedans : du jus de crâne
sous pression, ça fait de la pshitt-philosophie avec 2i … De Socrate à Nietzsche, en passant passant par Freud, le tout en un, à la sauce Van Damme, un vrai galimatias entropique et
cosmologique : Maître Yoda en serait consterné. Le travail individuel, titre de ce numéro, se transforme en travail seul, puis en pratique personnelle et puis encore en pratique solitaire. Gérard
Pommier, que je ne connais pas (article de la canette), psychiatre, aurait bien aimé trouver l'expression pratique individuelle pour nous faire un topo sur l'onanisme intellectuel… Je croyais que
l'Aïkido apportait dans la vie hors tatamis une certaine rigueur, une vision claire et périphérique, de la concision, une certaine humilité, une exigence, une propension à limiter les efforts
inutiles... Peut-être faudrait-il déjà travailler ces qualités dans sa vie de tous les jours ? Peut-être pourrait-on simplement s'évertuer à appliquer certains principes de
l'Aïkido ? Mon premier professeur d'Aïkido, très âgé, tel qu'il le racontait, n'oubliait pas de relâcher son coude lorsqu'il se brossait les dents tout en faisant quelques taï-sabaki.
Quant à moi, paresseux par nature, je faisais mon Do-in avec un savon sous la douche, un « misogi » en commençant par un jet d'eau chaude pour finir avec un jet d'eau froide ( un jeu
terrifiant pour les pores ). Faire des suburis, c'est chiant, les faire un peu devant un miroir, ça peut aider, les faire avec des lunettes polarisantes devant une caméra japonaise Sony 3D avec
visualisation simultanée sur une télé 3D, ça doit être amusant. Il paraît qu'on apprend mieux en s'amusant, qu'on se fatigue moins en travaillant intelligemment et qu'on dure plus longtemps en
respectant ses articulations et celles des autres (pas toujours évident à s'en rendre compte). Je m'arrête là car mon KI se remet à circuler. Alors, adopter ma méthode Jérôme-paresse-fitness,
c'est gratuit (pour faire écho à cet article où l'intervenant vante à deux reprises sa méthode sûrement payante, c'est hors propos dans une interview). Il y a encore beaucoup de choses à dire
mais pourquoi continuer, mes méridiens sont enfin régulés et mes propos probablement censurés.


 


Pour finir, à travers la lecture de certains blogs d'Aïkidoka suggérés par la revue, je vois se dessiner la toile d'une future nouvelle classe de dirigeants de l'Aïkido, très motivés et très
solidaires. J'ose espérer qu'ils font cela pour l'Aïkido. Je ne comprends pas ou comprends trop bien pourquoi l'hypocrisie est de rigueur pour gravir la montagne : Ce qu'est censé apporter
l'Aïkido n'est pas à même d'y faire face. C'est dommage, mais l'Homme est ainsi fait, l'ambition révèle le côté obscur de la force.


Jérôme Amzallag

Léo Tamaki 13/10/2014 13:08



Bonjour Jérôme,


 


Merci pour ton message. Je suis désolé de lire que tu t'es un peu éloigné de l'Aïkido, mais heureux que tu gardes un lien, aussi ténu soit-il :-)


 


En ce qui me concerne je suis profondément heureux, je te remercie.


 


Je me souviens parfaitement de ton séjour en 1999. J'avais eu plaisir à te recevoir. Et je me souviens des trois albums de Jazz que tu m'avais offerts et que j'écoute encore régulièrement
aujourd'hui. Ca a été mon premier contact avec le Jazz, et c'est un art que j'apprécie énormément aujourd'hui :-)


 


Pour le Hors-série et les coquilles, il est vrai que c'est plus que pénible. C'est dû à plusieurs choses, telles que le fait que je suis seul à faire une relecture rapide, et que beaucoup de
fautes m'échappent. La seconde est que je n'ai pas de visibilité sur la maquette finale en raison des délais très courts. Enfin, il y a clairement une question de moyens car tous les
contributeurs sont bénévoles. Même si les ventes sont bonnes, elles sont insuffisantes pour avoir une équipe de professionnels pour la mise en forme.


Je pense toutefois que cette revue a le mérite de partager des points de vues intéressants et variés. Bien entendu l'intérêt d'un article est souvent subjectif, et ce qui est passionant pour les
uns, pourra sembler inepte pour d'autres. Mais le fait d'avoir des points de vues variés et parfois divergents dans un même magazine est à mon sens une avancée, par rapport aux publications qui
ne concernent qu'une école ou un groupe et où l'on ne retrouve pas beaucoup de nuances.


Pour le choix des intervenants, j'assume toujours les miens. Malheureusement ce numéro en comportait plusieurs qui ont été imposés car leur fédération payait une page de publicité.


 


En espérant que tu retrouves le chemin des tatamis ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



jio512 05/10/2014 03:54


Trés interessant et traitant de sujets peu abordé


merci

Léo Tamaki 06/10/2014 12:39



Merci :-)


 


Léo


 



mathias 16/09/2014 11:50


C'est toujours un plaisir de lire tes articles, et merci de nous faire partager ton expérience. A propos du travail solitaire j'ai adoré lire l'article de Guillaume errard

Léo Tamaki 18/09/2014 13:58



Merci pour la lecture Mathias ;-)


 


Léo


 



bruno 14/09/2014 12:56


merçi beaucoup pour les hors séries.


J'en ai raté aucun et je prends grand plaisir à les lire.La qualité des textes et des photos sont royales.


Ne change rien et nous serons là pour au moins les 100 à venir.


A bientôt Léo


bruno

Léo Tamaki 14/09/2014 13:43



Bonjour Bruno,


 


Merci pour la lecture ;-)


Je sais qu'il y a encore des améliorations possibles, et je ferai le maximum pour.


 


Amicalement,


 


Léo