Budo no Nayami

Gratitude, une qualité trop rare dans la pratique martiale

18 Septembre 2011 , Rédigé par Léo Tamaki Publié dans #Budo - Bujutsu

Une petite chose

Je parlais il y a peu à Suga senseï de la place qu'il avait occupé dans mon cheminement et il balaya cela en me disant que ce n'était qu'une "petite chose". Il m'est impossible de dire si Toshiro Suga pense réellement qu'il a peu fait pour moi, ou si, malgré la rudesse dont il fait parfois preuve, il ne s'agit pas d'un signe de sa véritable délicatesse de cœur dont j'ai été souvent le témoin et le bénéficiaire.

 

 

toshiro suga namt10-2

 

 

Une tornade volubile

J'ai rencontré Suga senseï à mes débuts en Aïkido, par l'intermédiaire de Jacques Bardet qui était mon professeur à l'époque et dont il avait été enseignant. Après avoir rencontré Tamura senseï je dois dire que le contraste était saisissant. Là où Tamura senseï était déjà rentré dans l'hiver de sa vie, incisif, économe de paroles et de mouvements, je découvrais un homme volubile dans la force de l'âge, une tornade à la puissance dévastatrice.

 

 

toshiro suga namt10-25

 

 

Affection et respect

Si aujourd'hui je me suis éloigné de la pratique de Suga senseï comme de celle d'autres maîtres que j'ai pu croiser, je garde pourtant pour chacun d'entre eux et pour lui en particulier une véritable affection et un grand respect.

Le cheminement, la personnalité et les inclinaisons de chacun nous amènent à faire des choix de travail. Ceux qui ont été nos inspirations et nous ont guidé un jour ne sont plus obligatoirement nos modèles d'aujourd'hui. Pourtant il me semble essentiel de reconnaître leur importance et de ne pas déterminer notre attitude par rapport à la place qu'ils occupent dans notre pratique actuelle, mais à celle qu'ils ont eue dans notre cheminement.

 

 

toshiro suga namt10-21

 

 

Encourager et motiver

Suga senseï n'a pas été mon inspiration comme le fut Tamura senseï. Ce n'est pas lui, mais Jacques Bardet qui m'a enseigné les bases. Pour autant il occupe une place très importante dans mon parcours. Parce que sa pratique m'a enthousiasmé. Parce qu'il a toujours été là lorsque j'ai sollicité son aide. Parce qu'il m'a, plus que quiconque, encouragé et motivé. Je sais que je ne suis pas le seul et qu'il a eu un rôle similaire et même probablement plus important avec des gens comme Jaff Raji, Brahim Si Guesmi ou Mickaël Martin. Mais pour moi il a eu une position unique et je lui en saurai toujours gré.

 

 

toshiro suga namt10-6

 

 

L'enseignement de Suga senseï

Aujourd'hui Suga senseï enseigne en stages dans le monde entier. Sa pratique puissante et engagée est particulièrement appréciée dans les pays de l'est. Il enseigne par ailleurs à Boissy-Saint-Léger et au Kishinkan, à Paris.

 

 

toshiro suga namt10-15

 

 

Photos de Suga Toshiro à la Nuit des Arts Martiaux Traditionnels 2010 (NAMT) par Sébastien Chaventon

 

Partager cet article

Commenter cet article

Romaric 20/09/2011 20:04



Bonsoir Léo,

c'est toujours un plaisir de lire tes témoignages sur des aspects aussi fondamentaux qui parfois semblent loin de nombre de pratiquants d'arts martiaux sur les tatamis (ou en dehors). Valeurs
qui, pourtant, constituent le socle des relations humaines. Reconnaître (et exprimer) l'importance,
la place des autres dans notre parcours est déjà une grande étape dans l'évolution de chacun.

Pour digresser légèrement, concrétiser les choses via l'écriture (d'ailleurs écris-moi si je me trompe, mais tes propos me semblent de plus en plus concis, simples et limpides) est un exercice
ardue sans se perdre dans les méandres du style, de la syntaxe, etc... (Boileau énonçait : "quand tu veux dire il pleut, dis : il pleut")  mais comme tu le suggères, une attitude (un salut,
un sourire, un regard, un silence...) suffit parfois plus que mille mots. On doit s'adapter au contexte (et nos envies)... "kokoro no michi" (en espérant que la formule soit juste)

Amicalement et @ bientôt,

Rom



Léo Tamaki 23/09/2011 01:42



Bonsoir Romaric,


 


Merci pour ton commentaire et la lecture.


 


En effet la gratitude ne semble pas manquer seulement sur les tatamis :'-(


 


Concernant mes propos, s'ils sont plus concis, simpes et limpides je m'en réjouis vraiment :D Mais je dois avouer que je ne me rends pas vraiment compte de l'évolution, si évolution il y a.


 


Amicalement,


 


Léo


 



Spiral 19/09/2011 21:37



Hej !


j'aime bien ces posts oû tu témoigne de sentiments, je ne sais si c'est le cas pour toi, mais il est parfois plus facile de passer ce que l'on ressent  via un écrit qui sera lu.


Quoiqu'il en soit, je partage  ton point de vue et il est vrai que rendre" grâce" à ceux qui ont croisé notre chemin de manière significative est primordial !


En outre, un grand merci pour avoir croisé ta route ainsi que les maîtres qui nous font l'honneur de leurs enseignements !


Kimochi.


T.



Léo Tamaki 20/09/2011 03:07



Je crois que pour moi aussi il est plus facile de m'exprimer par l'écrit que par la parole. Lorsque je fais face à quelqu'un j'ai souvent le sentiment que le silence vaut mille mots.


 


Merci pour ton message et au plaisir de continuer à pratiquer à tes côtés ;-)


 


Amicalement,


 


Léo


 



Daniel 19/09/2011 19:53



"il me semble essentiel de (...) ne pas déterminer notre attitude par rapport à la place qu'ils occupent dans notre
pratique actuelle, mais à celle qu'ils ont eue dans notre cheminement."


C'est tout-à-fait vrai! Tu exprimes là quelque chose que je ressentais confusément mais je ne n'avais jamais pu verbaliser.


Ils ne t'ont pas transporté là où tu es, ils t'ont montré un chemin pour y parvenir.



Léo Tamaki 20/09/2011 03:04



En effet, dans tout cheminement il y a plusieurs acteurs. Nous sommes donc aussi évidemment responsables du chemin parcouru (ou non parcouru!). On peut alors se remercier (ou se blâmer :D).


 


Amicalement,


 


Léo


 



Sylvain 19/09/2011 12:56



Bonjour,


Encore un article très intéressant qui met en lumière une réalité qui tend à disparaitre dans notre socièté consumériste, à savoir respecter et remercier quand on reçoit, même si ce qui est reçu
n'est que peu de chose...


C'est malheureux à dire mais certains élèves, même gradés, ne remercient même pas leur enseignant. On peut choisir un chemin différent, mais il me semble que l'esprit de l'aïkido nous enseigne
l'humilité, le chemin est long...


Cordialement,


Sylvain



Léo Tamaki 20/09/2011 03:02



Bonjour Sylvain,


 


Il est malheureusement vrai que des pratiquants sont parfois ingrats, envers leurs enseignants, leurs partenaires, leurs prédécesseurs... Et comme l'attitude sur les tatamis en dit long sur
l'attitude au quotidien :'-(


 


Merci pour la lecture ;-)


 


Léo


 



Erwan 19/09/2011 11:13



Bonjour Leo,


Un bel article, sur une qualité en effet trop rare en général...A titre personnel, je partage complètement ta gratitude à l'égard de Toshiro Suga sensei, j'espère avoir l'occasion de le lui dire
un jour. Une petite histiore qu'on m'a racontée il ya peu : quand tu penses n'avoir personne à remercier, tu peux toujours dire "merci quelqu'un"! (c'était mieux dit mais bon...)


Amicalement


Erwan



Léo Tamaki 20/09/2011 02:57



Bonjour Erwan,


 


Je suis certain que tu auras l'occasion de remercier Suga senseï. Simplement en passant en passant au Kishinkan ;-)


 


Amicalement,


 


Léo